LogoLogo

Soubies, Sébastien Mathieu. Caractérisation de facteurs impliqués dans l'adaptation des virus influenza à leurs hôtes : exemple de la protéine NS1

Soubies, Sébastien Mathieu (2010). Caractérisation de facteurs impliqués dans l'adaptation des virus influenza à leurs hôtes : exemple de la protéine NS1.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

Afin de mieux comprendre l'implication de la protéine NS1 dans la pathogénicité des virus influenza aviaires, nous avons reconstitué par génétique inverse la souche A/Turkey/Italy/977/1999 (H7N1). Dans un premier temps, nous avons produit un virus mutant exprimant une NS1 fortement tronquée, nommé H7N1 1-99. Ce virus, bien qu'incapable de se répliquer efficacement dans des fibroblastes embryonnaires de canard (DEF), conserve une capacité réplicative similaire à celle du virus sauvage lors de l'infection de cellules Vero, qui ne peuvent pas produire d'interférons de type I. En outre, le virus H7N1 1-99, à la différence du virus sauvage, a induit une forte production d'interférons de type I lors de l'infection de DEF. Dans un second temps, nous avons étudié les conséquences du polymorphisme C-terminal de la protéine NS1 lors de l'infection de diverses espèces. Pour cela, nous avons produit un virus exprimant une NS1 avec d'un motif C-terminal typiquement aviaire de séquence ESEV (nommé H7N1 ESEV) ainsi qu'un virus mutant dont la NS1 possède le motif RSKV (nommé H7N1 RSKV) préférentiellement associé aux souches humaines. Lors de l'infection de cellules humaines, le motif RSKV a conféré une plus grande capacité réplicative au virus. En revanche, sur cellules murines, le motif ESEV, aviaire, a rendu le virus plus pathogène. Enfin, Le virus H1N1 RSKV s'est répliqué plus efficacement lors de l'infection de canard tout en induisant une plus forte transcription de Mx, un gène induit par les interférons de type I. Ces données montrent que le domaine C-terminal de la protéine NS1 confère une pathogénicité qui dépend des espèces d'hôtes infectés.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Bertagnoli, Stéphane
Volmer, Romain
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Interaction Hôtes Agent Pathogène (IHAP), UMR 1225 INRA-ENVT
Mots-clés libres :Influenza - Protéine NS1 - Interféron - Pathogénicité
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :01 Sep 2011 16:34