LogoLogo

Laurencin-Dalacieux, Sara. Rôle de l'acide lysophosphatidique et de son récepteur LPA1 dans le développement osseux et dentaire : effet paracrine dans le contrôle de l'ostégenèse et la cémentogenèse

Laurencin-Dalacieux, Sara (2010) Rôle de l'acide lysophosphatidique et de son récepteur LPA1 dans le développement osseux et dentaire : effet paracrine dans le contrôle de l'ostégenèse et la cémentogenèse.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
10Mb

Résumé en francais

L'acide lysophosphatidique (LPA) est un lipide endogène bioactif qui joue un rôle important comme médiateur cellulaire et facteur de croissance. Il est désormais bien connu que le LPA médie ses effets majeurs en se liant à des récepteurs couplées à des protéines G (RCPG). Il existe 5 RCPG spécifiques du LPA actuellement décrits LPA1-5, homologues de récepteurs d'autres lysolipides majeurs tels que la sphingosine-1-phosphate, mais aussi des récepteurs des cannabinoïdes ou du récepteur du PAF (Platelet Activating Factor) plus lointainement apparentés. Le LPA et son récepteur LPA1 jouent un rôle important dans plusieurs contextes physiopathologiques, notamment par voie paracrine. Le LPA et son récepteur sont impliqués dans la différenciation ostéoblastique et la formation osseuse. Nous avons dans un premier temps essayé de préciser le rôle du récepteur LPA1 in vivo en étudiant le phénotype de la souris invalidée pour le LPA1 (LPA1(-/-)). L'étude de ces souris montre des défauts osseux et une diminution de la masse osseuse. Elles présentent un retard de croissance et des anomalies costales et au niveau de leur cartilage de croissance. L'analyse histologique et par µCT suggère une altération de l'ossification endochondrale. Par ailleurs, les cellules mésenchymateuses des souris LPA1(-/-) ont une vitesse de prolifération diminuée et montrent un retard dans la différenciation osseuse. Nous avons également des arguments suggérant que le LPA et LPA1 sont impliqués dans le développement dentaire et la cémentogenèse. Les résultats sur coupes de molaire mandibulaire de souris LPA1(-/-) montrent des anomalies au niveau de la racine dentaire. La longueur de la racine est plus courte, l'épaisseur du cément et de l'os alvéolaire interradiculaire est réduite et la composante ligamentaire du parodonte semble plus importante. Il semble qu'il y ait une différence d'expression des BMP-2 et -3 chez la souris LPA1(-/-) et l'analyse des ces dents par spectroscopie à infra-rouge montre une phase minérale moins importante pour la souris LPA1(-/-). En conclusion, il semblerait que le récepteur LPA1 influencerait quantitativement et qualitativement non seulement le développement osseux endochondral mais aussi le développement dentaire.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Salles, Jean-Pierre
Gennero, Isabelle
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), INSERM U563
Mots-clés libres :Lysophosphatidic acid - LPA1 - Osteoblast - Cementoblast - Mesenchymal stem cells - Osteogenesis - Cementogenesis
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :07 Sep 2011 15:08