LogoLogo

Giotto, Nina. Eco-éthologie et conservation du beira (Dorcatragus megalotis) en République de Djibouti

Giotto, Nina (2011). Eco-éthologie et conservation du beira (Dorcatragus megalotis) en République de Djibouti.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
9Mb

Résumé en francais

L'objectif de cette étude, réalisée en République de Djibouti, était de mieux connaître l'éco-éthologie du Beira (Dorcatragus megalotis), une antilope peu connue et menacée, afin de pouvoir proposer des mesures de conservation adaptées. A cette fin, nous avons choisi de développer ce travail autour de quatre objectifs : (1) actualiser et préciser les données concernant l'effectif, la répartition et la densité de beiras dans la zone de présence ; (2) décrire l'organisation sociale et spatiale du Beira, et ce dans une perspective phylogénétique ; (3) analyser l'effet de la température ambiante sur le rythme d'activité et l'utilisation de l'habitat afin, notamment, de déterminer si la raréfaction des arbres présente une menace pour l'espèce ; et (4) déterminer le régime alimentaire des beiras et des chèvres domestiques, afin d'évaluer si la Chèvre peut être un compétiteur du Beira et dans quelle mesure le surpâturage pourrait avantager l'une ou l'autre espèce. Les données recueillies montrent que la population djiboutienne de beiras est de taille réduite et que son aire de répartition semble avoir régressé au cours des dix dernières années. Les beiras vivent en petites unités mixtes incluant un mâle adulte et de une à trois femelles. Les membres d'une même unité forment un groupe unique durant la majeure partie du temps, et les domaines d'unités voisines tendent à former une mosaïque intriquée. Par ailleurs, il apparait qu'en saison chaude, la recherche de sources d'ombre en milieu de journée régule le rythme d'activité de l'espèce et qu'à ce titre, la présence d'arbres dans le milieu revêt une importance capitale. Enfin, les beiras et les chèvres domestiques présentent des régimes alimentaires contrastés en saison fraîche, lorsque la végétation est abondante et diversifiée. Néanmoins, le surpâturage favoriserait le développement de plantes consommées par la Chèvre et non par le Beira. Les différents résultats obtenus au cours de cette étude confirment et précisent les menaces qui pèsent sur le Beira et la nécessité de mettre en place des mesures favorisant la conservation in situ de cette espèce endémique

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Joachim, Jean
Gérard, Jean-François
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Comportement de l'Ecologie de la Faune Sauvage (CEFS), INRA 035
Mots-clés libres :Dorcatragus megalotis - Djibouti - Antilope menacée - Petite population - Organisation socio-spatiale - Territorialité - Phylogénie - Utilisation de l'habitat - Rythme d'activité - Régime alimentaire - Surpâturage - Compétition - Chèvre domestique
Sujets :Sciences de l'environnement
Déposé le :21 May 2012 14:15