LogoLogo

Tastard, Emmanuelle. Maintien d'une zone hybride de gueules de loup (Antirrhinum majus) : rôle de quelques interactions biologiques

Tastard, Emmanuelle (2009). Maintien d'une zone hybride de gueules de loup (Antirrhinum majus) : rôle de quelques interactions biologiques.

[img]
Preview
PDF (L'auteur ne souhaite pas la mise en ligne de sa thèse. L'exemplaire papier peut être consulté ou emprunté à la BU Sciences de Toulouse.) - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
31Kb

Résumé en francais

Les zones hybrides offrent un regard privilégié sur les processus évolutifs. En cas d'hybridation, l'intégrité des espèces parentales ne peut être maintenue que si des forces évolutives compensent le flux de gènes. Je me suis attachée à en comprendre les mécanismes écologiques en étudiant le rôle des espèces en interaction dans la dynamique d'une zone hybride entre Antirrhinum majus pseudomajus, à fleurs magenta, et A. m. striatum, à fleurs jaunes. Les deux sous-espèces présentent une morphologie florale similaire et ont les mêmes pollinisateurs : des bourdons et des xylocopes. L'analyse de la fructification et des dégâts subis par les plantes suggère un rôle des pollinisateurs et des charançons dans la sélection contre les hybrides et donc dans la stabilisation de la zone hybride. Après avoir vérifié que les bourdons perçoivent les variations de couleurs dans la zone hybride, j'ai montré qu'une augmentation de la diversité des couleurs, comme celle causée par l'apparition d'hybrides de générations tardives, entraîne une augmentation de la constance des pollinisateurs et donc de l'homogamie, ce qui contribuerait à l'isolement prézygotique. Enfin, une analyse spatiale suggère une fréquence-dépendance positive de la sélection liée aux taux de visites des pollinisateurs et un moindre taux de visites de certains hybrides, qui contribuerait à l'isolement postzygotique. Les pollinisateurs peuvent donc participer au maintien des différences entre espèces interfertiles, y compris dans les systèmes où les taxons partagent les mêmes pollinisateurs. De plus, le maintien des zones hybrides pourrait, dans certains cas, résulter des actions cumulées de plusieurs agents biologiques.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Andalo, Christophe
Burrus, Monique
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire Evolution et Diversité Biologique, UMR 5174
Mots-clés libres :Zone hybride - Sélection - Pollinisateurs - Couleur des fleurs - Constance
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :04 Jun 2012 15:01