LogoLogo

Ladois-Do Pilar Rei, Agnès. Réactions péritraumatiques et symptômes de trouble de stress post-traumatique (TSPT) après une admission en psychiatrie

Ladois-Do Pilar Rei, Agnès (2012). Réactions péritraumatiques et symptômes de trouble de stress post-traumatique (TSPT) après une admission en psychiatrie.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1077Kb

Résumé en francais

La présente étude souhaite explorer l'éventuelle exposition à des événements potentiellement traumatiques pendant une admission en psychiatrie, et le pouvoir prédictif de la détresse péritraumatique et de la dissociation péritraumatique sur le développement des symptômes de TSPT aigu liés à ces expositions. Quarante huit heures après l'admission en psychiatrie, les patients (N=239) ont été interrogés sur l'exposition à des événements potentiellement traumatiques pendant l'admission. Les sujets qui ont été rapporté au moins un événement potentiellement traumatique ont été interrogés sur les symptômes de détresse et de dissociation péritraumatiques en lien avec le pire événement, et 5 semaines plus tard sur les symptômes de TSPT. Huit participants (12,3%) ont obtenu un score supérieur au score seuil requis pour un probable TSPT aigu. Une analyse de régression multiple a révélé que la détresse péritraumatique permettait de prédire à 5 semaines les symptômes de TSPT aigu. Nos résultats suggèrent que les patients qui avaient un niveau élevé de détresse péritraumatique liée au pire événement vécu pendant l'admission ont risque de développer des symptômes de TSPT aigu, et doivent bénéficier d'une attention élevée. Cinq semaines après l'admission, les participants (N=176) ont été interrogés sur l'exposition éventuelle à des événements potentiellement traumatiques pendant l'hospitalisation et 24 heures après, ceux qui avaient été exposés à au moins un événement potentiellement traumatique (N=37, 21%) ont répondu à l'Inventaire de détresse Péritraumatique et au Questionnaire des Expériences de Disssociation Péritraumatique (N =34). Cinq semaines plus tard, deux participants (5,9%) présentaient un probable TSPT aigu. Enfin, trois mois après l'exposition au pire événement survenu pendant l'admission ou l'hospitalisation en psychiatrie, aucun participant n'a développé un TSPT chronique. Ce travail souligne la nécessité d'être particulièrement vigilant lors des procédures d'admission et d'hospitalisation en psychiatrie et de protéger les patients les plus vulnérables.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Birmes, Philippe
Bui, Eric
Ecole doctorale:Comportement, langages, éducation, socialisation, cognition (CLESCO)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire du Stress Traumatique (LST), JE 2511
Mots-clés libres :Trouble de stress post-traumatique - Admission - Hospitalisation - Détresse péritraumatique - Dissociation péritraumatique
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :10 Sep 2012 13:19