LogoLogo

Ndzana Abanda, Raphaël François Xavier. Régulation des bio-agresseurs dans les cultures associées de blé dur et de pois : impact de la diversité végétale sur la démographie des pucerons du pois

Ndzana Abanda, Raphaël François Xavier (2012). Régulation des bio-agresseurs dans les cultures associées de blé dur et de pois : impact de la diversité végétale sur la démographie des pucerons du pois.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1187Kb

Résumé en francais

Les pucerons font partie des principaux ravageurs des cultures dans les régions tempérées. Leur succès comme ravageurs des plantes repose sur leur fort potentiel reproductif dû à la parthénogenèse durant le printemps et l'été, la transmission des virus aux plantes et leur polyphénisme. Ce mode de multiplication asexué explique leur importante dynamique démographique et les dégâts causés sur les cultures. Plusieurs méthodes de lutte ont été envisagées à leur encontre, entre autre la régulation " Top-down ", qui est l'approche par les ennemis naturels, de la lutte chimique. Lorsqu'on compare les temps de développement des pucerons et leurs ennemis naturels, à l'instar des coccinelles, on constate que les premiers se développent plus vite que les seconds. C'est cette différence de vitesse de développement qui confère aux pucerons leur caractère de proie éphémère ou limitée dans le temps. Le calcul du rapport du temps de génération des prédateurs sur celui des pucerons, " Generation Time Ratio ", est supérieur à 1. Or, les rapports supérieurs à 1 correspondent à des relations trophiques défavorables à la mise en place d'une régulation " Top-down ". Dés lors, pour réguler les pucerons du pois, il faudrait envisager d'autres possibilités de lutte biologique. La voie " Bottom-up " semble ainsi être la plus appropriée. Cette approche par le "Bottom-up " privilégie l'augmentation de la biodiversité végétale en champ pour réguler la dynamique de population du puceron du pois. Le présent travail de thèse a pour objectif d'évaluer l'impact de la diversité végétale sur la démographie du puceron du pois (A. pisum Harris) en monoculture de pois d'hiver par rapport à la culture associée de pois d'hiver et de blé dur. Au cours de nos travaux en champ, par des comptages de pucerons, nous avons pu ainsi vérifier que les infestations de pucerons étaient statistiquement plus élevées en monoculture de pois par rapport à la culture associée de pois d'hiver et de blé dur. Nous avons également pu évaluer l'influence de la plante-hôte sur les déplacements et l'aptitude des pucerons. Les déplacements et les paramètres démographiques d'A. pisum adultes ont été examinés dans un peuplement pur de pois d'hiver et dans un peuplement mixte de pois d'hiver et de blé dur. Les distances parcourues en culture pure de pois sont significativement plus longues qu'en culture associée. Le taux de fécondité est plus élevé en culture associée de pois/blé qu'en culture pure de pois. De même, le taux de survie des larves est plus élevé en culture associée qu'en culture pure de pois même si la différence n'est pas significative. Nous avons, au cours de ce travail, testé sur 1036 pucerons leur choix sur les sources d'odeur entre deux types de cultures (monoculture de pois et une culture associée de blé dur au pois). A cela, nous avons ajouté d'autres paramètres tels que la forme du puceron (ailé ou aptère), la souche du puceron (sauvage ou élevé au laboratoire), la quantité de plante dans les pots lors de l'expérience. Le choix des pucerons selon le type de plante n'a pas montré des résultats significatifs. Cependant, on note une tendance des pucerons à choisir la source d'odeur chez la monoculture de pois. Ces résultats mettent en évidence l'importance de la diversité végétale sur la régulation des pucerons. Les effets liés à la plante hôte " Bottom- up " permettent de réguler certains ravageurs. Toutefois, d'autres variétés d'espèces de plantes dans le couple céréale-légumineuse devraient être testées afin de confirmer cette hypothèse.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Hemptinne, Jean-Louis
Magro, Alexandra
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire Evolution et Diversité Biologique, UMR 5174
Mots-clés libres :Acyrthosiphon pisum Harris - Bottom-up - Monoculture - Culture associée - Diversité végétale - Paramètres démographiques - Polyphénisme - Generation Time Ratio
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :25 Feb 2013 11:26