LogoLogo

Bertrand, Jessica. La glycogène synthase kinase 3 bêta : une nouvelle voie de survie des cellules souches de leucémies aiguës myéloïdes

Bertrand, Jessica (2011). La glycogène synthase kinase 3 bêta : une nouvelle voie de survie des cellules souches de leucémies aiguës myéloïdes.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
9Mb

Résumé en francais

Les leucémies aiguës myéloïdes (LAM) sont des hémopathies malignes hétérogènes clonales dues à la transformation d'une cellule souche hématopoïétique (CSH) ou d'un progéniteur engagé vers la lignée myéloïde. Un des problèmes majeurs du traitement des LAM est la récurrence de la pathologie post-chimiothérapie, car le traitement n'a pas éliminé les cellules souches leucémiques (CSL). Les CSL sont protégées par leur état de quiescence, de résistance au stress grâce aux interactions adhésives qu'elles établissent avec les différents composants du microenvironnement médullaire. L'amélioration du pronostic des LAM requiert l'éradication des CSL et l'épargne des CSH, supposant une connaissance de leurs signaux spécifiques de survie. Dans la littérature, la glycogène synthase kinase 3 bêta (GSK3bêta) est décrite comme un régulateur important des interactions adhésives et du cytosquelette, et des voies de survie. De plus, son implication au niveau de la régulation des voies morphogènes et de la réponse inflammatoire supporte son rôle potentiel dans le contrôle des interactions des CSL avec leur microenvironnement. Il s'agit de la première démonstration du rôle pro-survie de GSK3bêta dans les CSL et de l'aspect sexué de la réponse apoptotique dans les LAM. Etant donné que nos résultats préliminaires indiquent que les différences observées entre les sexes sont intrinsèques et non d'origine hormonale, et que la bibliographie récente souligne le rôle pro-tumoral de GSK3bêta dans les cellules souches pré-cancéreuses, les perspectives de recherche pourraient être de comprendre les mécanismes de leucémogenèse spécifiques à chaque sexe. Ce travail pourrait alors éclairer le rôle de GSK3bêta dans un nombre croissant de tumeurs, où le genre peut avoir ou non une influence.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Racaud-Sultan, Claire
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :GSK3beta - Leucémie aiguë myéloïde - Cellules souches leucémiques - Intégrines - Survie cellulaire - Dimorphisme de genre
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :08 Apr 2013 14:45