LogoLogo

Guo, Zhiqiang. Séparation de niche entre deux espèces invasives de gobies

Guo, Zhiqiang (2012). Séparation de niche entre deux espèces invasives de gobies.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

Comprendre la coexistence d'espèces et le maintien de la biodiversité est depuis longtemps un point central en écologie des communautés. La notion de niche, ou théorie des niches, a été largement développée depuis l'explication par Darwin de l'impressionnante diversité de la vie sur Terre. Celle-ci est considérée comme un mécanisme majeur permettant la coexistence d'espèces compétitrice au sein des communautés écologiques. La différenciation en niches spécifiques implique des différences spatiales, trophiques, temporelles et/ou une combinaison de celles-ci. Dans cette étude, la sélection d'habitat, les traits d'histoire de vie, la composition alimentaire et les comportements alimentaires de deux espèces invasives de gobiidés, très abondantes et écologiquement similaires (Rhinogobius cliffordpopei et Rhinogobius giurinus), sont comparées afin de tester si la séparation de niches est un mécanisme qui peut potentiellement permettre leur coexistence stable dans le lac Erhai (un lac superficiel d'eau douce du plateau de Yunnan-Guizhou en Chine). Les résultats montrent qu'il y a séparation des niches de ces deux espèces le long d'un axe d'habitat, d'un axe alimentaire (pour l'habitat littoral et pour les adultes et sub-adultes), et d'un axe temporel (en termes de cycles de ponte). Spécifiquement, R. giurinus occupe principalement les habitats profonds (PH) alors que R. cliffordpopei occupe principalement l'habitat littoral (LH). Des analyses corrélatives ont montré que l'abondance de R. giurinus est positivement associée avec la profondeur de l'eau et les substrats composés de sables limoneux et grossiers, tandis que la distribution de R. cliffordpopei est corrélée aux fortes densités en macrozooplankton, les fortes abondances en autres espèces de poissons, les fortes concentrations en oxygène dissout et les fortes densités en macrophytes submergées. Concernant le partage en ressources alimentaires, les deux espèces ont montré de clairs changements au niveau de leur diète ontogénique ainsi que dans les patrons de partage des aliments qui sont significativement différents selon le stade de leur histoire de vie et les habitats. Pour les deux espèces, les juvéniles consomment principalement du macrozooplancton (cladocères et copépodes), alors que les sub-adultes et les adultes consomment principalement des larves de Chironomidae et de Tubificidae. En LH, les sub-adultes et adultes des deux espèces présentent des différences significatives dans leur régime alimentaire alors que les juvéniles ont des régimes similaires. Cependant, en PH et SH, nous n'avons trouvé aucune preuve de partage des ressources alimentaires, quelque soit le stade de vie (juvéniles, sub-adultes et adultes). R. cliffordpopei et R. giurinus présentent un partage de leur niche temporel. En effet, les deux espèces ont des débuts de période de reproduction ainsi que des pics de reproduction à des moments différents. R. cliffordpopei se reproduit de Février à Juin avec un pic de ponte entre Mars et Avril alors que l'activité de reproduction de R. giurinus se fait entre Avril et Août avec un pic de ponte pendant les mois de Mai et Juin. Ces différences ont conduit à un partage temporel des cohortes de taille similaire entre les deux espèces, en particulier pour les larves de petite taille et les juvéniles, qui sont presque exclusivement zooplanctivores et qui exploitent les mêmes ressources alimentaires dans le lac. Cependant, l'activité nycthémérale (activité de locomotion) et le rythme d'alimentation varient légèrement entre les deux espèces, i.e. les deux espèces présentent deux pics d'activités (6:00 - 10:00 et 18:00 - 22:00) et deux principales périodes d'alimentation (6:00 - 10:00 et 18:00 - 22:00) sur un laps de temps de 24h pour les quatre saisons. De plus, notre étude apporte une compréhension complète de la sélection d'habitat et des traits d'histoire de vie (i.e. patron de croissance, biologie de la reproduction et dynamique de population) de ces deux espèces invasives de gobies. Ces résultats biologiques sont essentiels pour la mise en place de programmes économiquement et écologiquement efficaces de contrôle pour les deux espèces de ravageurs. De nouveau programmes de gestion sont fortement recommandés en vue de ces résultats. Par conséquent, dans cette étude, plusieurs programmes de restauration spécifiques et innovants sont proposés pour améliorer les stratégies actuelles de gestion dans une perspective de réduction des coûts et une meilleure efficacité.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Lek, Sovan
Liu, Jiashou
Cucherousset, Julien
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire Evolution et Diversité Biologique, UMR 5174
Mots-clés libres :Coexistence d'espèces - Espèces de gobies - Théorie des niche - Séparation de niche - Invasion écologique - Gestion d'espèces invasives
Sujets :Biotechnologies, agronomie
Déposé le :08 Apr 2013 16:03