LogoLogo

Lebleu, Nathalie. Désinfection des eaux par procédés membranaires : étude des mécanismes de transfert des bactéries

Lebleu, Nathalie (2007) Désinfection des eaux par procédés membranaires : étude des mécanismes de transfert des bactéries.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
2808Kb

Résumé en francais

Dans le cadre de la production d'eau potable, les procédés membranaires, qui éliminent les microorganismes de l'eau brute par rétention sur une barrière physique sélective, apparaissent comme des procédés alternatifs ou complémentaires des techniques conventionnelles de désinfection. Cependant, la structure poreuse des membranes de filtration peut présenter des imperfections susceptibles de permettre le passage de bactéries. L'impact de ces défauts sur la rétention bactérienne dépend notamment des caractéristiques géométriques de ceux-ci. A savoir que tant que la peau sélective de la membrane n'est pas altérée dans toute son épaisseur, la membrane conserve une efficacité identique à celle d'une membrane intègre. Quant au support macroporeux, il participe également à la rétention et limite le transfert de bactéries jusqu'au perméat. Par ailleurs, lorsque le diamètre des défauts est proche des dimensions des bactéries filtrées, les mécanismes de sélectivité basés sur l'exclusion par la taille sont mis en défaut du fait de l'aptitude à la déformation de ces microorganismes. Cette déformabilité est gouvernée par les caractéristiques structurales de la paroi bactérienne (épaisseur et élasticité de la couche de peptidoglycane), ce qui conduit à une différence de comportement en filtration entre les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Ainsi, les bactéries à Gram positif qui possèdent une couche de peptidoglycane plus épaisse s'avèrent moins déformables et donc mieux retenues que les bactéries à Gram négatif. Sur la base de ces mécanismes, une méthode de caractérisation des membranes dont le champ d'application en terme de diamètre de pores ou de défauts recouvre la gamme de 0,05 à 1,2 µm a été proposée.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Causserand, Christel
Ecole doctorale:Mécanique, énergétique, génie civil, procédés (MEGeP)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire de Génie Chimique (LGC), UMR 5503
Mots-clés libres :eau potable - filtration membranaire - sélectivité - bactérie - déformation
Sujets :Sciences de l'ingénieur
Déposé le :16 Jun 2008 10:59