LogoLogo

Mzoughi, Olfa. Développement d'inhibiteurs de l'entrée du VIH-1

Mzoughi, Olfa (2013). Développement d'inhibiteurs de l'entrée du VIH-1.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
11Mb

Résumé en francais

L'étape de l'entrée du VIH-1 est un processus dynamique régi par deux acteurs : gp120 et gp41. Cette étape est une étape clef de l'infection : tout blocage de cette étape conduit à une inhibition de la réplication virale. Nous nous sommes intéressés au cours de ce travail au développement d'antirétroviraux ciblant cette étape ainsi qu'aux voies de signalisations activées lors de l'entrée. Nous avons ainsi développé d'une part des inhibiteurs de l'entrée du VIH-1 en se basant sur deux stratégies i) le développement d'immunogènes capables d'induire des anticorps neutralisants, ii) la modélisation et la synthèse d'inhibiteurs dérivés des régions HR1 ou N36 et HR2 ou C34 de g41. Dans une dernière partie, nous avons étudié l'inhibition des voies de signalisation PKC impliquées dans les étapes post-fusion. Nous nous sommes intéressés, dans une première partie, au complexe formé par les domaines HR1 et HR2, sa caractérisation, sa purification, sa stabilité et sa capacité à induire des anticorps neutralisants, cela dans une approche vaccinale. Notre travail a permis de démontrer que le complexe HR1-HR2 ainsi que les peptides dérivés des domaines HR1 et HR2(N36 et C34) sont immunogènes. Ils induisent des anticorps qui reconnaissent le complexe HR1-HR2 ainsi que les protéines d'enveloppe du VIH-1. Ces anticorps inhibent la fusion à la température suboptimale de 27°C. Enfin ces anticorps générés interfèrent avec l'activité antivirale des peptides en formant des complexes antigènes-anticorps. Le complexe HR1-HR2, tel que nous l'avons modélisé, ne semble pas être un immunogène adapté pour la génération d'anticorps neutralisants. L'objectif de la deuxième partie de mon travail a été de développer des peptides inhibiteurs analogues du C34 et du N36 ayant une forte activité antivirale et une forte stabilité. Nous avons ainsi développé deux trimères : le Trimère C34 et le Trimère N36 dans une approche originale utilisant un linker dit minimal composé de 5 lysines uniquement. Cette approche nous a permis d'obtenir des inhibiteurs stables qui maintiennent la capacité d'interaction avec les domaines HRI et HRII de la gp41 et qui ont des activités antivirales similaires, voire améliorées pour le Trimère N36, par rapport aux peptides monomériques C34 et N36. Nous nous sommes intéressés dans la troisième partie de ce travail aux voies de signalisation activées lors de l'entrée. En effet, l'attachement du VIH-1 sur son récepteur et ses corécepteurs s'accompagne par l'activation de nombreuses voies dont celle des PKC. Nous avons montré, en utilisant des inhibiteurs chimiques, des oligonucléotides et des SiRNA, le rôle crucial de l'isoforme PKC delta dans la réplication virale. Ces approches sont complémentaires et s'insèrent dans la lutte contre la propagation du VIH-1 avec comme objectif de développer des stratégies thérapeutiques et vaccinales contre le VIH-1.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Bahraoui, Elmostafa
Lakhdar-Ghazal, Faouzi
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :VIH-1 - Peptides inhibiteurs - Anticorps neutralisants - Antirétroviraux - Inhibition
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :09 Sep 2013 09:54