LogoLogo

Boyer, Karène. Identification de nouveaux réseaux génétiques impliqués dans la régulation de l'homéostasie des cellules hématopoïétiques chez la drosophile

Boyer, Karène (2012). Identification de nouveaux réseaux génétiques impliqués dans la régulation de l'homéostasie des cellules hématopoïétiques chez la drosophile.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

L'hématopoïèse est le processus de formation des cellules sanguines. Une régulation fine de ce processus permet d'assurer le remplacement de ces cellules et d'adapter leur production aux conditions environnementales. Chez la Drosophile, comme chez les vertébrés, l'hématopoïèse s'effectue en deux vagues. La première, qui prend place pendant l'embryogenèse, permet la genèse de cellules qui vont persister dans la circulation pendant tout le développement de l'animal jusqu'au stade adulte. La deuxième vague a lieu durant les stades larvaires dans un organe spécialisé, la glande lymphatique. Les cellules hématopoïétiques, nommées hémocytes, assurent des fonctions développementales et défensives. Les hémocytes sont donc des acteurs de l'immunité qui est uniquement de type innée chez cet insecte. Les deux principaux types d'hémocytes sont les plasmatocytes qui sont des macrophages et les cellules à cristaux qui participent à la mélanisation. Le troisième type cellulaire, les lamellocytes, sont uniquement générés durant la vie larvaire en réponse à certaines situations de stress telle que l'infection des larves par des oeufs de guêpe parasitoïde. Cette infection va induire une réponse immunitaire coordonnée impliquant à la fois les cellules sanguines circulantes et celles de la glande lymphatique pour aboutir à l'encapsulation du parasite par les lamellocytes. D'autre part, des mutations génétiques sont connues pour induire la différentiation massive de ces cellules en absence d'infection. La production inappropriée de ces cellules s'accompagne alors fréquemment d'une réaction d'encapsulation détectable par la formation d'amas d'hémocytes mélanisés, historiquement appelés " tumeurs mélanotiques ". Le contrôle de l'homéostasie du système hématopoïétique larvaire est donc primordial pour éviter l'apparition de tels désordres et d'assurer un système de défense efficace. L'objectif de mon travail de thèse était de découvrir de nouveaux gènes contrôlant l'homéostasie du système hématopoïétique et de mieux comprendre comment la différenciation des lamellocytes est régulée. Pour cela, Nous avons réalisé un crible génétique visant à découvrir de nouveaux gènes " suppresseurs de tumeurs mélanotiques" en exprimant spécifiquement dans les cellules sanguines des dsRNA permettant d'inhiber la fonction du gène ciblé par interférence à l'ARN. Nous avons criblé avec deux pilotes GAL4 spécifique des hémocytes plus de 1300 lignées UAS-dsRNA, ciblant ainsi environ 10% de l'ensemble gènes de la Drosophile codant pour des protéines. Après une phase de validation, cinquante-neuf gènes dont la perte de fonction conduit à la formation de capsules mélanotiques ont été identifiés, dont 55 n'avaient pas été associés au développement des cellules sanguines auparavant. La majorité des candidats se répartissent en 7 groupes fonctionnels (protéines chaperonnes, protéasome, trafic vésiculaire, protéines ribosomales, métabolisme des mitochondries, réparation de l'ADN, transcription). Grâce à l'utilisation de pilotes GAL4 ciblant différents tissus et sous population d'hémocytes avons montré que la formation de tumeur mélanotiques peut être provoquée par un défaut soit des hémocytes circulant soit de la glande lymphatique mais aussi par un défaut du corps gras, un acteur majeur de réponse immunitaire humorale. Cette stratégie couplée à une analyse de lignage nous a aussi permis de mettre en évidence que des plasmatocytes circulants d'origine embryonnaire peuvent se différencier en lamellocyte. Cette plasticité étonnante est notamment régulée par le cofacteur de transcription de la famille FOG U-shaped, qui est requis de manière cellulaire autonome pour empêcher la transformation des plasmatocytes en lamellocytes.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Waltzer, Lucas
Haenlin, Marc
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Biologie du Développement (CBD), UMR 5547
Mots-clés libres :Hématopoïèse - Homéostasie - Réseaux génique - Plasticité - Immunité
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :23 Sep 2013 10:59