LogoLogo

Subra, Caroline. HIV et exosomes : rôle de l'homéostasie lipidique du compartiment endosomal dans le maintien des réservoirs du HIV

Subra, Caroline (2010). HIV et exosomes : rôle de l'homéostasie lipidique du compartiment endosomal dans le maintien des réservoirs du HIV.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
10Mb

Résumé en francais

Les exosomes sont des vésicules de 50-90 nm, générées dans le compartiment endosomal tardif, ou corps multivésiculaires, et sécrétés dans le milieu extracellulaire par les cellules vivantes. Les exosomes sont impliqués dans la communication intercellulaire, transportant à la fois des lipides bioactifs, des protéines, et des acides ribonucleiques (mRNAs, microRNAs) pouvant moduler la réponse de la cellule receveuse. Nous avons montré que les exosomes dérivés de RBL-2H3 contiennent l'ensemble des différentes phospholipases : une PLC, une PLD et des membres des trois classes de PLA2 (cPLA2, iPLA2, sPLA2) ainsi que tous les membres de la famille des Ras GTPase. Nous avons pu observer une augmentation de l'activité PLD2 et PLA2 en présence de GTP. Des analyses lipidomiques des exosomes ont révélé la présence d'acides gras libres tels que l'acide arachidonique et plusieurs prostaglandines. L'accumulation de ces vésicules dans le compartiment endosomal de cellules cibles a été observée. L'implication du compartiment endosomal dans le stockage et la dissémination du HIV, dans les cellules réservoirs comme les monocytes/macrophages, pourrait rendre compte de l'impossibilité d'éradiquer le virus, même sous thérapie antirétrovirale efficace. Les corps multivésiculaires pourraient être un site d'assemblage du HIV permettant au virus de détourner, pour sa sortie, la voie préexistante des exosomes. Ce compartiment concentre à la fois le cholestérol et l'acide lysobisphosphatidique (LBPA), dont le métabolisme fait intervenir une cPLA2 sensible au MAFP. Dans un second temps, nous avons évalué l'importance de l'homéostasie lipidique sur la production du HIV i) en modifiant la teneur et la distribution du cholestérol intracellulaire, ii) en inhibant l'activité PLA2. Ces analyses ont été réalisées sur une coculture de cellules monocytaires humains (THP-1) infectées par le HIV et non infectées, et également sur des cocultures de macrophages dérivés de monocytes primaires humains infectés et non infectés. La progestérone, hormone stéroïde, et le MAFP, inhibiteur de PLA2, ont permis d'inhiber la production de HIV dans nos conditions de culture et nous avons également pu observer l'absence de virions en périphérie de la cellule. Le LBPA pourrait être un élément commun à l'effet de la progestérone et du MAFP. Cibler les PLA2s sensibles au MAFP représente donc une stratégie visant à altérer les réservoirs de HIV, et pourrait mener au développement de nouvelles molécules pour l'éradication du HIV, complémentaires des thérapies actuelles.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Record, Michel
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), INSERM U563
Mots-clés libres :HIV - Exosomes - Phospholipases - Prostaglandines - Endosomes - Réservoirs
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :28 Oct 2013 09:47