LogoLogo

Fournier, Jean-Pascal. Interactions médicamenteuses entre anti-inflammatoires non stéroïdiens et antihypertenseurs : approches pharmaco-épidémiologiques

Fournier, Jean-Pascal (2013). Interactions médicamenteuses entre anti-inflammatoires non stéroïdiens et antihypertenseurs : approches pharmaco-épidémiologiques.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
12Mb

Résumé en francais

Ce travail présente une approche conjointe de pharmacovigilance et de pharmaco-épidémiologie pour évaluer les interactions médicamenteuses (IM) entre Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) et antihypertenseurs. La base de données française de PharmacoVigilance et la base de remboursement de l'Assurance-Maladie ont été utilisées. L'approche de pharmacovigilance a démontré que les patients exposés à ces IM avaient des caractéristiques proches des patients hypertendus en population générale. Cette étude a souligné le risque important de survenue d'insuffisance rénale aigüe par IM des AINS avec les Inhibiteurs de l'Enzyme de Conversion (IEC), les Antagonistes des Récepteurs de l'Angiotensine II (ARA II) et les Diurétiques (phénomène appelé triple whammy). L'approche de pharmaco-épidémiologie a démontré que la majoration de la pression sanguine artérielle par interaction médicamenteuse des AINS avec les antihypertenseurs se traduisait en population générale par un risque augmenté d'intensification du traitement antihypertenseur (Risque Relatif ajusté pour l'exposition aux AINS : 1,34 [1,05-1,71]). Ce travail a souligné le risque spécifique des interactions entre les AINS et les IEC et/ou les ARA II. La seconde étude pharmaco-épidémiologique a retrouvé une sécurisation insuffisante de l'initiation d'un traitement AINS chez les hypertendus traités. Le contrôle recommandé de la créatininémie et de la kaliémie chez les sujets traités par IEC, ARA II et diurétiques n'était effectué que dans 10,7% des cas. Ce manquement était plus marqué chez les prescripteurs de médecine générale que chez les autres spécialistes (cardiologues ou anesthésistes). Les IM entre AINS et antihypertenseurs, bien que classiquement décrites, ont un impact majeur en population.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Montastruc, Jean-Louis
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Epidémiologie et analyses en santé publique, UMR 1027
Mots-clés libres :Pharmaco-épidémiologie - Pharmacovigilance - Interactions médicamenteuses
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :02 Apr 2014 11:30