LogoLogo

Diallo, Alpha Amadou. Escherichia coli pathogènes et résistantes aux antibiotiques dans les effluents d'origine humaine et animale : prévalence et caractérisation avant et après traitement épuratoire

Diallo, Alpha Amadou (2013). Escherichia coli pathogènes et résistantes aux antibiotiques dans les effluents d'origine humaine et animale : prévalence et caractérisation avant et après traitement épuratoire.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Les souches de Escherichia coli se trouvent dans le tractus gastro-intestinal de nombreux animaux à sang chaud, y compris les humains, où ils jouent généralement le rôle de bactéries commensales. Cependant, par acquisition et combinaison de gènes de virulence et de résistance aux antibiotiques, ces souches commensales normalement inoffensives peuvent devenir des agents pathogènes très adaptés capables de causer une variété de maladies, de la gastro-entérite (EHEC, EPEC, EAEC...) à des infections extra-intestinales de l'appareil urinaire, du sang ou du système nerveux central (ExPEC). La recherche des gènes de virulence associés aux EHEC et aux ExPEC et la production de BLSE a été réalisée sur une collection de souches isolées d'effluents d'origine humaine ou animale. La prévalence des gènes de virulence associés aux ExPEC était plus élevée au niveau des effluents urbains (26,9%) et dans les effluents traités (13,2%) que dans les effluents d'abattoir (2,6%). Par contre, les gènes associés aux EHEC étaient plus souvent retrouvés dans les effluents d'origine animale. Par ailleurs, les souches E. coli productrices de BLSE ont été principalement détectées dans les effluents humains (1,7%). Malgré le traitement en station d'épuration, des E. coli potentiellement pathogènes et résistantes aux antibiotiques étaient rejetées dans l'environnement qui constitue une source potentielle de contamination des humains et des animaux. La comparaison des résultats obtenus en France et au Sénégal montre que les prévalences de souches E. coli potentiellement pathogènes étaient plus élevées dans les effluents rejetés en France

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Brugère, Hubert
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :Escherichia coli - EHEC - ExPEC - E. coli productrices de BLSE - Eaux usées - Abattoir - Station d'épuration urbaine
Sujets :Sciences de l'environnement
Déposé le :01 Mar 2014 12:54