LogoLogo

Lhomme, Sébastien. Pathogénèse et adaptation du virus de l'hépatite E chez l'immunodéprimé

Lhomme, Sébastien (2013). Pathogénèse et adaptation du virus de l'hépatite E chez l'immunodéprimé.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
8Mb

Résumé en francais

Les facteurs virologiques et immunologiques impliqués dans la persistance du virus de l'hépatite E (VHE) et dans la fibrose hépatique nécessitent d'être mieux caractérisés. L'hétérogénéité de la quasi-espèce virale au moment de la phase aiguë a été étudiée au niveau de la polyprotéine non structurale (ORF1) et de la protéine de capside (ORF2). Nos résultats ont montré qu'une plus grande hétérogénéité de la quasi-espèce à la phase aiguë était associée à la persistance du VHE. Chez les patients développant une infection chronique, une plus faible concentration sérique de cytokines inflammatoires, une plus faible activation des lymphocytes T et de fortes concentrations sériques en chimiokines ont été observées. Chez les patients chroniquement infectés, la plus faible diversification de la quasi-espèce lors de la première année d'infection était associée à la progression de la fibrose hépatique. Lors du suivi de l'évolution du génome du VHE chez un patient chroniquement infecté, peu de variations de la séquence consensus ont été observées mais une insertion de fragment de gène humain a été caractérisée. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives dans la compréhension de l'adaptation du VHE à son hôte

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Izopet, Jacques
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :Virus de l'hépatite E - Hépatite chronique - Fibrose hépatique - Quasi-espèce virale - Génome complet - Cytokines - Chimiokines
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :28 Apr 2014 11:18