LogoLogo

Bohossian, Nora. Pharmacogénomique de la sclérose en plaques : méthodes et applications

Bohossian, Nora (2013). Pharmacogénomique de la sclérose en plaques : méthodes et applications.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
12Mb

Résumé en francais

L'expansion ainsi que l'évolution du domaine de la génétique au cours de ces dernières années a été fulgurante. Cela s'accompagne par la génération d'une masse importante d'information génétique sur les traits complexes chez l'homme. Une question naturelle est de savoir comment utiliser cette information dans la pratique médicale quotidienne. Il y a dix ans à peine le séquençage du génome humain nécessitait une collaboration scientifique d'envergure internationale entre les différents acteurs de la recherche biomédicale. Aujourd'hui, il n'est pas exclu à ce que, dans un avenir proche, on puisse obtenir le profil génétique de chaque patient dans la pratique médicale courante. La pharmacogénomique, une fusion de la pharmacologie et de la génomique, vise à déterminer le traitement le plus approprié à chaque patient en fonction de son patrimoine génétique. En effet, plusieurs études pharmacogénomiques ont pu démontrer l'intérêt d'intégrer l'information génétique du patient pour déterminer son traitement optimal. Le cas de la warfarine, un anticoagulant, a souvent été considéré comme l'un des succès les plus motivants pour poursuivre ce type d'études. Cependant, le succès ainsi que le besoin de ces études dépendent de multiples facteurs et varient considérablement selon les traits étudiés. L'objectif de ce travail est d'évaluer l'état actuel des connaissances pour la sclérose en plaques (SEP), une maladie neurologique invalidante touchant principalement les jeunes adultes. À ce jour, il n'existe aucun remède à la SEP, mais il existe des traitements modificateurs de la maladie avec des degrés d'efficacité et de toxicité variable. Les facteurs génétiques qui influencent la réponse au traitement chez les patients atteints de SEP sont à ce jour mal connus. Même si ces facteurs peuvent être mis en évidence dans le futur, il n'en demeure pas moins que leur utilisation en routine clinique n'est pas aussi simple que supposée. Dans ce travail, nous avons essayé de mettre en évidence la complexité du passage de l'utilisation de données génétiques à grande échelle à la pratique médicale pour les traits complexes. Nous avons mené des études d'association et de prédiction. Tout d'abord, nous exposons leurs concepts et revisitons les différences dans leurs objectifs. Plus précisément, nous avons effectué une analyse d'association simple-marqueur de la réponse à l'interféron-bêta chez les patients atteint de SEP. Ensuite, nous avons comparé les modèles simple-marqueur et multi-marqueur dans le contexte de la recherche d'association puis dans celui de la prédiction en utilisant des données réelles et des données simulées. Différentes approches de modélisation multi-marqueur existent. Nous nous sommes basés sur l'analyse des scores polygéniques et des méthodes d'estimation bayésienne en évaluant plusieurs des propriétés de ces approches de modélisation. Nos résultats montrent que, dans la cadre d'une étude d'association pangénomique, les modèles multi-marqueurs, récemment préconisés, ne sont pas forcément plus puissants que les modèles classiques simple-marqueur. En revanche, les modèles multi-marqueurs qui prennent en compte l'effet de plusieurs marqueurs simultanément apparaissent clairement mieux adaptés pour prédire le risque génétique. Néanmoins, en se concentrant sur l'analyse des scores polygéniques, nous montrons que de nombreux facteurs comme la taille de l'échantillon de l'étude et l'héritabilité du trait influencent la performance prédictive d'un modèle. Les études pharmacogénomiques peuvent révolutionner les soins aux patients. Cependant, en dehors de l'enthousiasme qu'elles peuvent susciter, nous discutons dans la dernière partie de cette thèse les questions sociales, éthiques et économiques qu'elles soulèvent.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Martinez, Maria
Brassat, David
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :Pharmacogénomique - Sclérose en plaques - Interféron-bêta - Etude d'association - Etude de prédiction - Marqueurs génétiques - Scores polygéniques - Méthodes d'estimation bayésienne - Ethique
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :23 Jun 2014 11:07