LogoLogo

Trayssac, Magali. Rôle de la sphingosine-1-phosphate dans la vasculopathie de transplantation induite par les anticorps anti-HLA

Trayssac, Magali (2013). Rôle de la sphingosine-1-phosphate dans la vasculopathie de transplantation induite par les anticorps anti-HLA.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

Malgré les progrès réalisés dans le domaine de la transplantation d'organes, le rejet chronique vasculaire reste la principale cause de perte du greffon à long terme, et une des principales causes de mortalité chez les patients transplantés. Cette pathologie se caractérise par un remodelage vasculaire appelé artériosclérose de greffe ou vasculopathie de transplantation (VT) au niveau des artères du greffon, entrainant progressivement une perte de fonction de l'organe greffé. La prolifération et la migration des cellules vasculaires, en particulier des cellules musculaires lisses (CML) présentes dans la paroi des artères, participent au développement de la VT. Ces phénomènes induisent une obstruction lente, progressive et irréversible des artères du greffon participant ainsi au rejet chronique de greffe. Les anticorps produits par le patient, dirigés contre les molécules HLA du greffon, seraient une cause majeure de la VT. Cependant les mécanismes d'action de ces anticorps ne sont pas bien connus et, de fait, les traitements sont actuellement peu efficaces pour prévenir la VT et améliorer la survie des patients greffés. Les anticorps anti-HLA pourraient agir directement sur les cellules vasculaires via l'activation de voies de signalisation dont l'étude et la caractérisation permettraient de mieux comprendre les mécanismes cellulaires impliqués dans le développement de la VT. Le but de la thèse est d'étudier comment les anticorps anti-HLA induisent la prolifération et la migration des CML des artères du greffon. Nous nous sommes intéressés à une voie de signalisation de stress, mise en évidence dans l'équipe, qui met en jeu séquentiellement les métalloprotéases MT1-MMP et MMP-2, la sphingomyélinase neutre de type 2 (nSMase2) et la sphingosine kinase 1 (SK1). Notre hypothèse est que les anticorps anti-HLA, en se liant aux molécules HLA à la surface des CML des artères du greffon, activent cette voie, induisant ainsi la prolifération et la migration des CML. Notre étude porte sur l'implication de cette voie dans la VT, qui a été abordée avec des approches in vitro (lignées de CML humaine) et in vivo, avec un modèle pré-clinique de xénogreffe chez la souris immunodéficiente SCID/beige, greffée avec des artères mésentériques humaines en place de l'aorte abdominale. L'injection intraveineuse hebdomadaire d'anticorps anti-HLA à ces souris pendant 5 semaines permet de créer une réaction immunitaire humorale ayant pour conséquence le développement de la VT spécifiquement au niveau du greffon humain. Dans une première partie, nous avons démontré que les anticorps anti-HLA ont un effet prolifératif sur les CML humaines in vitro via une augmentation de l'activité de MT1-MMP, MMP-2 et nSMase2. Les inhibiteurs pharmacologiques des MMP et de nSMase limitent le développement de la VT induite par les anticorps anti-HLA in vivo. Dans une deuxième partie, nous avons étudié le rôle de SK1 et de la sphingosine-1-phosphate (S1P). Les anticorps anti-HLA activent SK1 dans les CML humaines. A l'aide d'inhibiteurs de SK1, S1P et de récepteurs de S1P (S1P1 et S1P3), nous avons montré que ces acteurs moléculaires participent à la prolifération ainsi qu'à la migration des CML induites par les anticorps anti-HLA in vitro. In vivo, les anticorps anti-HLA induisent une augmentation de la concentration plasmatique de S1P et l'utilisation des inhibiteurs pharmacologiques de S1P et de S1P1 permet de prévenir la VT induite par les anticorps anti-HLA, confirmant ainsi le rôle majeur de S1P dans cette pathologie. Dans une troisième partie, nous avons étudié les effets des anticorps anti-CMH sur des CML murines. Nous avons montré qu'ils stimulent la prolifération et la migration des CML via l'activation de SK1, la phosphorylation de ERK1/2 et une augmentation de l'expression de S1P3. Nous avons en perspective la mise au point d'un nouveau modèle de VT induite par des anticorps anti-CMH chez la souris. Nos travaux ont permis de mettre en évidence de nouvelles cibles thérapeutiques susceptibles de prévenir la VT. Le développement de nouveaux traitements associés aux immunosuppresseurs devrait permettre d'améliorer le taux de survie des greffons à long terme et la santé des patients transplantés.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Nègre-Salvayre, Anne
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires (I2MC), INSERM UMR 1048
Mots-clés libres :Vasculopathie - Transplantation - Cellules musculaires lisses - Prolifération - Sphingolipides
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :22 Sep 2014 09:33