LogoLogo

Cam, Yvan. Rôle du monoxyde d'azote dans la symbiose entre Sinorhizobium meliloti et Medicago truncatula

Cam, Yvan (2012). Rôle du monoxyde d'azote dans la symbiose entre Sinorhizobium meliloti et Medicago truncatula.

[img]
Preview
PDF (L'auteur ne souhaite pas la mise en ligne de sa thèse. L'exemplaire papier peut être consulté ou emprunté à la BU Sciences de Toulouse.) - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
169Kb

Résumé en francais

Le monoxyde d'azote (NO) est une molécule gazeuse connue pour participer à de nombreux processus biologiques allant du développement aux réponses aux stress biotiques ou abiotiques chez tous les organismes vivants. Au cours des interactions hôte-pathogène, le NO est utilisé par l'hôte en tant que moyen de défense pour bloquer une éventuelle infection, ce à quoi les pathogènes se sont adaptés en mettant en place des systèmes de réponses au NO et de dégradation du NO. Au cours d'interactions symbiotiques de type mutualiste, du NO a également été mis en évidence et joue un rôle dans la mise en place de l'interaction via une action sur les deux partenaires. Dans la symbiose fixatrice d'azote entre la légumineuse Medicago truncatula et l'alpha-proteobactérie Sinorhizobium meliloti, du NO a été détecté durant toutes les phases de l'interaction. Au cours de cette thèse, nous nous sommes intéressés à déterminer le rôle du NO et de la réponse bactérienne associée sur la symbiose M. truncatula/ S. meliloti. Nous avons pu montrer que la bactérie en développe une réponse au NO via deux régulateurs, le système à deux composants FixLJ et le régulateur spécifique du NO, NnrR. Au cours de cette réponse, nous avons montré que la bactérie exprime une flavohémoglobine, Hmp, capable de dégrader le NO. In planta, nous avons détecté du NO dans les crosses de berger des poils absorbants et au niveau des parois des cordons d'infections. Par l'utilisation de mutants nuls ou surexprimant cette flavohémoglobine et par des traitements pharmacologiques, nous avons fait varier le niveau de NO dans les nodules et suivi le phénotype symbiotique résultant. Ainsi, nous avons montré que le NO est nécessaire à la mise en place de la symbiose. Au cours des étapes tardives, nous avons montré que le NO déclenche la sénescence des nodules et que les bactéries via la flavohémoglobine participent de façon importante au contrôle du niveau de NO dans les nodules et donc au contrôle de la sénescence nodulaire.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Bruand, Claude
Meilhoc, Eliane
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire des Interactions Plantes Micro-organismes (LIPM)
Mots-clés libres :Sinorhizobium meliloti - Medicago truncatula - Symbiosis - Nitric oxide - Senescence
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :17 Nov 2014 11:58