LogoLogo

Ratti, Pietro-Luca. Troubles du sommeil dans la maladie de Parkinson et les autres synucléinopathies

Ratti, Pietro-Luca (2014). Troubles du sommeil dans la maladie de Parkinson et les autres synucléinopathies.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
4Mb

Résumé en francais

Notre premier objectif était d'explorer des troubles du sommeil peu étudiés chez des patients avec synucléinopathies (maladie de Parkinson (MP), démence en corps de Lewy (DCL), démence associée à la maladie de Parkinson (DMP) et atrophie multisystématisée (AMS)): l'insomnie d'une part et les comportements parasomniaques d'autre part. Parmi ces derniers, nous nous sommes surtout intéressés aux comportements moteurs anormaux survenant lors du sommeil non-paradoxal (sommeil NREM) chez ces patients. Insomnie : Nos données ont montré que les symptômes d'insomnie sont plus fréquents chez des patients avec une MP par rapport à des malades atteints d'autres pathologies chroniques. Les symptômes d'insomnie sont corrélés avec la durée de la MP, mais pas avec les symptômes et signes moteurs ou non-moteurs de la maladie (article 1). Comportements moteurs à partir d'éveils : Les patients avec MP, DCL/DMP et AMS rapportent souvent des comportements à expression motrice, simples et complexes, liés au sommeil, que nous proposons de regrouper sous le terme " comportements parasomniaques " (" parasomnia behaviors "). Dans tous ces épisodes, les patients semblent se comporter comme s'ils étaient en train de vivre leurs rêves ou une mise en scène onirique. A la vidéo-polysomnographie, ces épisodes surviennent soit dans une période de sommeil paradoxal stable où les mécanismes physiologiques d'abolition du tonus musculaire sont déficients, soit lors d'états intermédiaires de conscience entre le sommeil et un réveil qui se produit. Dans ce travail, nous décrivons systématiquement pour la première fois les aspects vidéo-polysomnographiques des comportement parasomniaques NREM (" NREM Parasomnia Behaviors, NPBs " dans une population sélectionnée de patients avec une MP, DCL/DMP et AMS. Par une analyse quantitative du spectre des fréquences EEG, nous avons montré que ces phénomènes sont probablement expliqués par des mécanismes physiopathologiques différents par rapport aux troubles d'éveil (autrement dits parasomnies NREM) de l'enfance. Les NPBs sembleraient être des phénomènes plutôt rares, d'apparition tardive dans les synucléinopathies (article 3). Nous avons démontré que les comportements moteurs à partir d'éveils NREM étaient plus fréquents chez les patients atteints de DCL/DMP que chez ceux atteints de la MP et nous faisons l'hypothèse que leur présence soit un indicateur d'évolutivité vers un stade avancé de la maladie plutôt qu'un marqueur spécifique de démence (article 2). D'un point de vue physiopathologique, les comportements observés lors des parasomnies du sommeil paradoxal et non-paradoxal pourraient être vus comme des " fenêtres " permissives pour l'exploration de l'activité mentale pendant le sommeil. Dans les NPBs cette fenêtre serait représentée par une défaillance des circuits de l'éveil (" arousal "), de l'attention et de la cognition lors des transitions du sommeil à la veille, tandis que dans le trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP), par une défaillance des circuits du contrôle de l'atonie musculaire. En synthèse, les résultats de nos travaux suggèrent que l'insomnie et les comportements parasomniaques pourraient représenter l'expression clinique d'une altération fonctionnelle des circuits régulateurs du sommeil et de la veille et du déclin cognitif lié à la neurodégénérescence de la MP, la DCL/DMP et l'AMS, leur présence étant un indicateur d'un stade évolutif avancé de la maladie. Le TCSP comme modèle physiopathologique pour étudier l'akinésie et la bradykinésie : Notre deuxième objectif a été la mise en place d'un protocole visant à enregistrer de façon couplée à une vidéopolysomnographie, les potentiels de champ local des neurones des noyaux sous-thalamiques (NSTs) pendant le sommeil et la veille chez des patients avec un TCSP secondaire à une MP au moyen d'électrodes implantées dans le but d'une stimulation à haute fréquence des NSTs. Cette étude est basée sur l'observation que, dans la MP, les mouvements produits en sommeil paradoxal ne sont akinétiques mais proches de la normale. A ce jour, 3 patients ont pu être recrutés et participer à cette étude (étude Rêves Park NST).

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Simonetta-Moreau, Marion
Manni, Raffaele
Ecole doctorale:Comportement, langages, éducation, socialisation, cognition (CLESCO)
laboratoire/Unité de recherche :Imagerie cérébrale et handicaps neurologiques, INSERM U825
Mots-clés libres :Sommeil - Insomnie - Parasomnies - Trouble du comportement en sommeil paradoxal - Comportements parasomniaques à partir d'éveils - Maladie de Parkinson - Démence en corps de Lewy - Atrophie multisystématisée
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :20 Apr 2015 16:02