LogoLogo

Condret-Santi, Valérie. Les difficultés d'accès au nom sur entrée visuelle

Condret-Santi, Valérie (2013). Les difficultés d'accès au nom sur entrée visuelle.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

Dénommer est une activité de tous les jours que nous maîtrisons parfaitement. Toute la complexité de ce processus se dévoile lorsque nous n'arrivons pas à récupérer un mot en mémoire. Quantifier la simple réussite ou échec de récupération ne suffit parfois pas à révéler une difficulté. Evaluer la plainte, caractériser et quantifier les différents manques du mot, mesurer les latences sont nécessaires pour mieux cerner les mécanismes pouvant être atteints dans le vieillissement et certaines pathologies, comme par exemple les épilepsies temporales. Les noms propres, en tant qu'items uniques ont un statut bien particulier dans la dénomination qu'il est important de comprendre, car ils peuvent eux-mêmes être révélateurs d'une certaine difficulté. L'enjeu de cette thèse est de développer des protocoles nous permettant de capturer au mieux ces différents marqueurs. La méthodologie transversale à la plupart des études présentées est la vitesse de dénomination au travers du calcul de temps de réaction médians, mais aussi de temps de réaction minimums. Dans une première étude nous avons évalué la vitesse de dénomination des noms propres. (étude 1, article en préparation). Nous avons mis en évidence que celle-ci demandait des étapes coûteuses en temps. Nous montrons ainsi que le coût entre la détection de la familiarité et la dénomination des noms propres est de ~800 ms. La deuxième étude s'intéresse aux difficultés de dénomination chez des personnes atteintes d'épilepsies temporales. Lorsque la zone atteinte se situe dans l'hémisphère dominant pour le langage, les patients dénomment moins d'items ; -4% d'objets, et -20% de célébrités, et ce moins rapidement ; -226 ms pour les objets et -278 ms pour les célébrités (étude 2, article en révision) que les participants contrôles. Il est couramment admis que plus on vieillit, plus il est difficile de récupérer les mots en mémoire. La plainte même si elle est subjective reste un critère rapide d'évaluation. Nous avons grâce à l'étude de cohorte PAQUID (Personnes âgées QUID), évalué la plainte dans la population générale âgée de plus de 65 ans. 64% des personnes âgées se plaignent ainsi de difficultés à récupérer les noms propres contre 30% pour les noms communs (étude 3, article publié). Cette plainte n'est pas pour autant indicatrice d'une évolution vers une démence, mais souligne sans aucun doute un processus normal du vieillissement. On remarque dans l'étude PAQUID que la plainte concernant les noms propres est presque le double de la plainte concernant les objets, la catégorie des noms propres au sein du lexique serait donc subjectivement plus sensible au vieillissement.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Barbeau, Emmanuel
Nespoulous, Jean-Luc
Ecole doctorale:Comportement, langages, éducation, socialisation, cognition (CLESCO)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Recherche Cerveau et Cognition (CERCO), UMR 5549
Mots-clés libres :Dénomination - Noms propres - Mot sur le bout de la langue - Latences
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :15 Jul 2015 17:16