LogoLogo

Vergez, François. Apport de la cytométrie en flux à l'étude des leucémies aigües myéloïdes

Vergez, François (2014). Apport de la cytométrie en flux à l'étude des leucémies aigües myéloïdes.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
11Mb

Résumé en francais

Les leucémies aiguës myéloïdes (LAM) sont les leucémies les plus fréquentes de l'adulte. Leur incidence augmente chaque année. La cellule souche leucémique (CSL) dérive d'une cellule souche hématopoïétique (CSH) ou d'un progéniteur plus différencié, ayant accumulé plusieurs mutations oncogéniques. Elle est à l'origine de la leucémie et résiste aux chimiothérapies actuelles. Les cellules leucémiques sont d'accès facile au diagnostic et à la rechute, par cytométrie en flux (CMF). Cette technologie permet de phénotyper les cellules à l'aide d'anticorps marqués avec des fluorochromes. Nous pouvons ainsi identifier une cellule (i) engagée dans un processus de maturation ou (ii) appartenant à une sous-population cellulaire ou (iii) résistante à une chimiothérapie. Et des centaines de milliers de cellules peuvent être phénotypées. La CSH se différentie en progéniteurs puis en cellules sanguines matures. Les mécanismes de leucémogenèse bloquent cette différentiation. Le phénotype étendu des précurseurs hématopoïétiques permet de déterminer le stade de blocage des leucémies. Ce blocage corrèle avec les mutations oncogéniques. Plus le blocage intervient tôt dans le processus de différentiation et plus le pronostic des patients est péjoratif. L'identification du stade de blocage par CMF permet d'envisager de nouvelles voies thérapeutiques. Les CSL chimiorésistantes sont enrichies dans la sous-population leucémique CD34+CD38-CD123+. Le pourcentage de cellules CD34+CD38-CD123+ a été déterminé par CMF chez 111 patients de moins de 65 ans atteints de LAM et traité par chimiothérapie intensive. La réponse au traitement est mauvaise chez les patients qui ont plus de 15% de CSL. Les survies globale et sans maladie sont impactées chez les patients qui ont plus de 1% de CSL. Le pourcentage de CSL, déterminé par CMF, est un facteur pronostic des LAM facilement applicable à la pratique clinique. PIK-75, un inhibiteur de la sous-unité p110alpha des PI3K, est un puissant inducteur d'apoptose des cellules leucémiques et des CSL, comme l'indique la positivité en annexine V et 7-AAD par CMF. De façon originale, PIK-75 bloque les voies PI3K et CDk7/9 qui stoppe la transcription de MCL-1, un membre de la famille de Bcl-2 et un acteur important de la survie des cellules de LAM. La sensibilité des cellules leucémiques à PIK-75 est dépendante de l'expression de BAK. La CMF permet un criblage in vitro rapide de molécules inhibitrices, à la recherche de nouvelles cibles et résistance dans les cellules leucémiques. La CMF est une technologie adaptée à la LAM qui est une pathologie hétérogène. Elle permet de décrypter les mécanismes de leucémogenèse, identifier les sous-populations chimiorésitantes et évaluer de nouvelles thérapeutiques, ce qui la place au premier plan de la recherche et de la clinique des LAM.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Recher, Christian
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT), UMR 1037
Mots-clés libres :Leucémie - PI3K - Cellule souche leucémique - Cytométrie en flux - Hématopoïèse
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :15 Jul 2015 11:44