LogoLogo

Soto Martin, Maria Eugenia. Le déclin cognitif dans la maladie d'Alzheimer

Soto Martin, Maria Eugenia (2014). Le déclin cognitif dans la maladie d'Alzheimer.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
10Mb

Résumé en francais

Les travaux sur l'histoire naturelle de la maladie d'Alzheimer (MA) ont souligné que le mode et la vitesse du déclin cognitif au cours de la maladie étaient très variables selon les patients. L'étude des patients ayant un déclin cognitif rapide (DCR) mérite une attention particulière en raison de leur prévalence non négligeable et de leur pronostic plus péjoratif. En pratique clinique, c'est important de repérer les patients à risque de DCR le plus précocement possible afin d'anticiper une prise en charge plus adaptée pour ce groupe des patients. En l'absence de traitements curatifs, les enjeux de la recherche épidémiologique dans la MA sont essentiellement basés sur la prévention et le ralentissement de son évolution. Objectifs : Ce travail de thèse comporte deux objectifs généraux : 1) étudier le déclin cognitif rapide dans la MA: pronostic, définition, trajectoire et facteurs de risque ; 2) étudier des facteurs modifiables du déclin cognitif faciles à implémenter dans la pratique clinique: la perte de poids et le traitement par les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'Angiotensine (IECs). Méthodes : Afin de répondre à ces objectifs, deux populations des patients atteints d'une MA à un stade léger à modéré ont été étudiées à l'issue de la cohorte Française REAL.FR et de la cohorte européenne ICTUS. Résultats : Les résultats majeurs de ce travail de thèse sont que les patients ayant un DCR, définit par une perte de = 4 points au MMSE durant 6 mois, présentent une augmentation significative du risque de mortalité (HR = 5,6, 95% CI 2,0-15,9), d'institutionnalisation (HR = 3,8, 95% CI 1,8-8,1) et de perte d'autonomie fonctionnelle (HR = 1,6, 95% CI 1,2-2,3) à 18 mois de suivi. Deux types de profils parmi les patients ayant un DCR ont été identifiés : 1) ceux avec un DCR " persistant " dans le temps (12%) et 2) ceux avec un déclin cognitif " réversibles " (21%). Le cluster " déclineurs rapides persistants " présente une perte annuelle de 5,5 points au MMSE. Les variables associées à un risque accru de DCR sont liées au mode de vie (seul à domicile), à un statut cognitif et fonctionnel plus altérés à l'inclusion et à l'absence d'hypertension. Dès le stade léger du déficit, tous les items de l'ADAS-cog explorant le langage (HR =2,8, 95%IC =1,7-4,5) sont des facteurs prédictifs indépendants d'un DCR de même que les items " Exécution d'ordres" (HR=1,9, 95%IC =1,9-4,3) et " Praxies constructives " (HR=2,8, 95%IC =1,9-4,3) à 2 ans de suivi. Ces résultats ont permis de distinguer un profil d'atteinte cognitive particulière prédictif d'un DCR. Ces résultats suggèrent que les patients atteints d'une MA avec DCR pourraient presenter une forme particulière et distincte de MA. Les résultats répondant au deuxième objectif général de ce travail de thèse démontrent que la perte de poids est un facteur prédictif de DCR (HR= 1,58, 95%IC = 1,14-2,21) et que la consommation des IECs est associée, indépendamment de la hypertension, à un moindre déclin cognitif à 4 ans de suivi par rapport aux ceux qui n'en ont jamais consommés (-7,5 points au MMSE ± 0,9 vs. -9,7 ± 0,4; p = 0,03).

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Nourhashemi, Fati
Ecole doctorale:Mathématiques, informatique, télécommunications de Toulouse (MITT)
laboratoire/Unité de recherche :Epidémiologie et analyses en santé publique, UMR 1027
Mots-clés libres :Alzheimer - Déclin cognitif - Déclin cognitif rapide - Pronostic - Perte de poids - Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'Angiotensine
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :16 Sep 2016 14:14