LogoLogo

Fromentin, Justine. MtEFD, un facteur de transcription impliqué dans les interactions symbiotique et pathogène ainsi que dans le développement racinaire chez Medicago truncatula

Fromentin, Justine (2013). MtEFD, un facteur de transcription impliqué dans les interactions symbiotique et pathogène ainsi que dans le développement racinaire chez Medicago truncatula.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

La rhizosphère est peuplée de nombreux microorganismes pouvant être bénéfiques ou au contraire néfastes pour les plantes. La légumineuse modèle M. truncatula permet d'étudier les associations symbiotiques avec la bactérie fixatrice d'azote Sinorhizobium meliloti, mais aussi les interactions avec la bactérie pathogène racinaire Ralstonia solanacearum. Les interactions symbiotiques fixatrices d'azote nécessitent la formation d'un nouvel organe racinaire, appelé nodosité, au sein duquel les bactéries différenciées fixent l'azote atmosphérique au bénéfice de la plante hôte. L'organogenèse nodulaire s'accompagne d'une phase de différenciation des cellules végétales, dont le contrôle est mal connu, au cours de laquelle le facteur de transcription MtEFD (M. truncatula ethylene response factor required for nodule differentiation) joue un rôle important. Durant ma thèse, nous avons montré que MtEFD pourrait contrôler la différenciation nodulaire via la régulation de gènes hautement spécifiques des nodosités, et qu'une mutation dans MtEFD impacte sur un processus clé de la différenciation, l'endoréduplication, plus précisément le nombre d'endocycles (cycle cellulaire sans mitose) des cellules végétales et bactériennes. De plus, nous avons observé une similitude dans le profil d'expression de MtEFD au cours du développement nodulaire et racinaire et montré que MtEFD a un effet à la fois sur la formation des racines latérales et la synthèse d'ADN dans les extrémités racinaires. Enfin, nous avons démontré que MtEFD joue également un rôle positif dans le développement de la maladie causée par R. solanacearum. Dans la recherche de mécanismes communs à ces différents processus, nous avons porté une attention particulière aux cytokinines (CK), phytohormones dont MtEFD contrôle un régulateur négatif, le gène MtRR4 (M. truncatula response regulator 4).

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Gamas, Pascal
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire des Interactions Plantes Micro-organismes (LIPM), UMR 2594
Mots-clés libres :Medicago truncatula - Sinorhizobium meliloti - Ralstonia solanacearum - Symbiose - Pathogène - Nodulation - Racine - Développement - Différenciation - Cytokinines - MtEFD
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :04 Oct 2016 16:37