LogoLogo

Thiault, Nicolas. Les lymphocytes T régulateurs périphériques qui recirculent dans le thymus inhibent le développement de leurs précurseurs

Thiault, Nicolas (2014). Les lymphocytes T régulateurs périphériques qui recirculent dans le thymus inhibent le développement de leurs précurseurs.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Les lymphocytes T régulateurs Foxp3+ (Tregs) jouent un rôle essentiel dans le maintien de l'homéostasie immunitaire et préviennent ainsi les maladies auto-immunes et inflammatoires chroniques. Comme les autres lignées de lymphocytes T, les Tregs se développent dans le thymus. Or, le répertoire des Tregs est enrichi en cellules auto-spécifiques, contrairement à celui des lymphocytes T conventionnels (Tconvs). Les critères du développement de ces deux populations sont donc différents et restent à être élucidés. Notre équipe a montré que le développement des Tregs est quantitativement contrôlé par des facteurs autres que la spécificité de leurs précurseurs. Afin d'identifier les mécanismes impliqués dans cette régulation, nous avons entrepris une étude du développement des Tregs dans des souris rapporteurs dans lesquelles le temps révolu depuis la sélection positive d'une cellule T peut être évalué. Notre équipe a pu montrer que les Tregs nouvellement développés restaient plus longtemps dans le thymus que les Tconvs. Or, nous avons également observé qu'une partie très importante des Tregs a passé une période beaucoup plus importante depuis sa sélection positive. L'origine de ces Tregs plus ancienne reste inconnue : Ils peuvent être des cellules résidentes du thymus ou des cellules recirculantes de la périphérie. Nous avons analysé le répertoire des TCR exprimés par ces cellules et avons observé que des événements de contraction et d'expansion périphériques étaient reflétés dans le thymus. Les Tregs plus anciens avaient également un phénotype activé trouvé dans la périphérie. Dans le thymus de souris dans lesquelles les lymphocytes T CD4+ étaient spécifiquement déplétés en périphérie, la proportion de Tregs plus anciens était fortement réduite. Collectivement ces résultats montrent que la majorité des Tregs thymiques plus anciens sont des cellules recirculantes provenant de la périphérie. Parallèlement, nous avons détecté dans les thymi humains des Tregs effecteurs activés et différenciés provenant de la périphérie. Chez la souris, nous avons observé que les récepteurs aux chimiokines, notamment CXCR4, étaient impliqués dans la recirculation des Tregs périphériques dans le thymus. Enfin, nous avons étudié les conséquences potentielles de la recirculation des Tregs périphériques. Nous avons observé que, avec l'âge, la proportion des Tregs totaux dans le thymus restait constante. Or la proportion de Tregs recirculants augmentait et celle des cellules qui se développent nouvellement diminuait. Chez les souris dans lesquelles il n'y avait pas de recirculation, nous avons observé une augmentation importante du développement des Tregs dans le thymus. Dans un système de culture in vitro de lobes thymiques, l'ajout de Tregs matures issus de la périphérie inhibait le développement des Tregs. L'ensemble de ces résultats montre que les Tregs recirculants inhibent le développement des Tregs dans le thymus. En conclusion, nos résultats démontrent que, suite à leur activation, les Tregs périphériques peuvent recirculer dans le thymus et y inhiber le développement de nouveaux Tregs. Avec l'âge, l'augmentation importante de la proportion des Tregs recirculants restreint davantage le nombre de Tregs générés dans le thymus.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Romagnoli, Paola
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :Thymus - Recirculation - Périphérie - Lymphocyte T régulateur - Développement des lymphocytes
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :04 Oct 2016 16:48