LogoLogo

Beuzelin, Diane. Rôle des récepteurs nucléaires PPAR gamma et PPAR alpha dans la conversion d'adipocytes blancs humains en adipocytes bruns/brites

Beuzelin, Diane (2015). Rôle des récepteurs nucléaires PPAR gamma et PPAR alpha dans la conversion d'adipocytes blancs humains en adipocytes bruns/brites.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Chez les mammifères, deux types de tissu adipeux (TA) sont présents: le TA blanc, qui est l'organe de stockage et de libération des lipides, et le TA brun, qui est un organe spécialisé dans la production de chaleur grâce à l'expression de la protéine découplante mitochondriale UCP1.Chez l'homme, la présence d'un TA brun métaboliquement actif est inversement corrélée à l'obésité et au diabète de type 2. Ce TA brun est composé de deux types distincts de cellules thermogéniques, les adipocytes bruns classiques présents dans des dépôts spécifiques et les adipocytes "brite " (brown-in-white). Chez la souris, les adipocytes " brite " apparaissent dans le TA blanc lors d'une exposition au froid et sont protecteurs contre l'insulinorésistance induite par l'obésité. Ainsi le "brunissement " du TA blanc ouvre la voie à de nouvelles approches thérapeutiques pour lutter contre les pathologies associées à l'obésité. Toutefois, la capacité des adipocytes blancs humains à acquérir un métabolisme brun/brite reste méconnue. Notre étude cherche donc à identifier les changements moléculaires et métaboliques associés à la conversion d'adipocytes blancs humains différenciés en adipocytes " brite ", après un traitement par des agonistes des récepteurs nucléaires PPARgamma ou PPARalpha. Dans un premier temps, nous avons montré in vitro que les cellules hMADS(adipocytes humains dérivés des cellules souches mésenchymateuses), différenciées en adipocytes blancs sont convertis en adipocytes " brites " par les agonistes PPARgamma et PPARalpha. Ces adipocytes brites ont une activité mitochondriale élevée et expriment la protéine découplante UCP1. Dans un deuxième temps, nous avons mis en évidence que le brunissement s'accompagne d'un profond changement métabolique. La mise en place d'un cycle futile lipolyse/ré-estérification couplé à une augmentation de l'oxydation des acides gras permet de fournir les substrats nécessaires à la thermogenèse mitochondriale. A l'inverse, le transport et l'oxydation du glucose sont diminués notamment suite à l'inhibition de la pyruvate déshydrogénase par la protéine PDK4. A la place le glucose va être dirigé vers la voie de la glycéronéogenèse pour fournir le glycérol-3-phosphate nécessaire à la synthèse des triglycérides. Ainsi, l'ensemble du métabolisme des adipocytes " brite " est réorganisé vers l'utilisation des acides gras comme source principale d'énergie. Enfin, nous avons validé l'implication de PPARalpha dans les mécanismes de brunissement in vivo grâce à l'utilisation de souris dont le gène codant pour PPARalpha a été invalidé. L'induction du brunissement par un agoniste betea3-adrénergique nous a permis de confirmer que PPARalpha est nécessaire à l'expression optimale des gènes thermogéniques et au brunissement du tissu adipeux blanc. L'ensemble de ces données permet d'affirmer que chez l'homme, les adipocytes blancs sont capables de se convertir en adipocytes " brite ". Cette conversion s'accompagne de changements métaboliques qui favorisent l'utilisation intracellulaire des acides gras, ce qui pourrait diminuer leur niveau plasmatique limitant ainsi leur stockage ectopique dans les tissus insulinosensibles.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Langin, Dominique
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires (I2MC), INSERM UMR 1048
Mots-clés libres :Adipocytes bruns - Adipocytes blancs - hMADS - PPAR - Métabolisme
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :02 Dec 2016 15:39