LogoLogo

Rakotovao Andrianavah, Marius. Carte paléontologique de Madagascar : inventaire et mise en valeur du patrimoine paléontologique

Rakotovao Andrianavah, Marius (2015). Carte paléontologique de Madagascar : inventaire et mise en valeur du patrimoine paléontologique.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
21Mb

Résumé en francais

Madagascar s'est isolée du Gondwana au Mésozoïque : elle s'est séparée du continent africain vers 180 Ma, et du sous-continent indien vers 150 Ma. Depuis lors, l'évolution biologique a suivi son propre rythme, ce que Philibert COMMERSON avait pressenti dès 1771, en écrivant que Madagascar était le " laboratoire de la nature " et que " c'est à Madagascar qu'est la véritable terre de promission pour les naturalistes ". Après presque deux cents ans de recherches paléontologiques sur Madagascar, est venu le temps d'un " bilan cartographié ", c'est l'objet de cette thèse. La littérature sur Madagascar est extrêmement abondante, nous avons réuni plus de 2000 publications, réalisées entre 1829 et 2014, en relation avec la paléontologie de l'Île. Elles ont permis de recenser près de 3500 espèces fossiles, dont 3% de plantes (104 taxons), 89% d'" invertébrés " (231 foraminifères, 183 cnidaires, 14 bryozoaires, 56 brachiopodes, 6 annélides, 392 bivalves, 206 gastéropodes, 1746 céphalopodes, 129 crustacés et 60 arthropodes terrestres et 85 échinodermes) et 8% de vertébrés (76 " poissons ", 7 amphibiens, 29 " reptiles ", 24 archosauromorphes non aviens, 52 oiseaux et 82 mammifères). Ces taxons se distribuent sur plus de 400 sites paléontologiques allant du Paléozoïque supérieur (Permien) au Quaternaire (Holocène), ainsi répartis : une vingtaine de sites permiens, 24 triasiques, plus de 110 jurassiques, plus de 130 crétacés, 16 sites tertiaires et 42 sites quaternaires. Certains groupes taxonomiques sont surreprésentés (par exemple, les ammonites), alors que d'autres devraient promettre de nouvelles découvertes (archosaures, mammifères !...). Les périodes elles-mêmes bénéficient d'un intérêt différent (Mésozoïque vs. Cénozoïque) et dans le même ordre d'idées, les sites paléontologiques sont inégalement répartis sur le territoire (le Nord-Ouest est le plus exploré). Le potentiel de recherche est donc toujours très élevé. Les fossiles et les sites paléontologiques sont placés dans une base de données cartographiques assortie de commentaires. Ainsi aurons-nous réalisé, du moins nous l'espérons, un outil de base intéressant pour les scientifiques, un ouvrage " global " destiné aussi aux naturalistes et aux enseignants, et une aide à la réflexion et à la décision pour les responsables administratifs et politiques de Madagascar, tant au niveau régional que national.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Lignereux, Yves
Ramanivosoa, Beby
Antoine, Pierre-Olivier
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Géosciences Environnement Toulouse (GET), UMR 5563
Mots-clés libres :Madagascar - Géologie - Paléontologie - Patrimoine - Inventaire
Sujets :Sciences de la terre
Déposé le :07 Feb 2017 11:08