LogoLogo

Mourali, Jaouhar. ALK, un nouveau récepteur à dépendance. Etude des mécanismes de son effet pro-apoptotique

Mourali, Jaouhar (2008) ALK, un nouveau récepteur à dépendance. Etude des mécanismes de son effet pro-apoptotique.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3184Kb

Résumé en francais

ALK (Anaplastic Lymphoma Kinase) est un récepteur tyrosine kinase, initialement découvert dans la protéine de fusion NPM-ALK, qui est le produit de la translocation t(2;5) fréquemment associée au lymphome anaplasique à grandes cellules (ALCL). La protéine NPM-ALK est oncogénique du fait d'une activation constitutive de la kinase ALK. La protéine ALK native n'est jamais détectée dans les lymphocytes normaux. En revanche, elle est normalement exprimée dans le système nerveux au cours du développement, et plus faiblement, chez l'adulte. Notre laboratoire avait montré que NPM-ALK était anti-apoptotique quand elle était exprimée dans les cellules lymphoblastiques Jurkat traitées par des agents cytotoxiques. Dans cette thèse nous montrons que les cellules Jurkat surexprimant le récepteur ALK sauvage, contrairement à celles exprimant NPM-ALK, sont plus sensibles à l'apoptose induite par la doxorubicine que les cellules parentales. De plus, la protéine ALK est clivée durant l'apoptose de façon caspase-dépendante. La mutation des résidus acide aspartique en asparagine nous a permis de localiser le site de clivage dans la partie juxta-membranaire de ALK. Dans le but d'évaluer le rôle de ALK dans des cellules neuronales, nous avons transfecté ALK, d'une manière transitoire, dans la lignée cellulaire immortalisée neuroblastique de rat 13.S.1.24. L'expression de ALK, en condition de privation sérique, a facilité l'induction de la mort cellulaire de ces neuroblastes par apoptose. Au contraire, la ligation de ALK par un anticorps activateur spécifique (activant la kinase) diminue l'apoptose facilitée par ALK aussi bien dans les lignées lymphoïdes que neuronales. De plus, la transfection de ALK diminue la survie d'une culture primaire de neurones corticaux de rat nouveau-né. Ainsi, ALK a une activité pro-apoptotique en absence de ligand, alors qu'il est anti-apoptotique en sa présence, ainsi que lors d'une activation intrinsèque de la kinase. Ces propriétés placent donc ALK dans la famille des récepteurs à dépendance. Dans une deuxième partie visant à caractériser les voies de signalisation apoptotique de ALK en réponse à un stress, nous avons montré que l'expression de ALK entraîne une augmentation de l'expression de la protéine BIM au niveau de la mitochondrie, après traitement par la doxorubicine. De plus, la forme active de BAK est plus élevée dans les cellules Jurkat exprimant ALK que dans les cellules contrôles, ceci indépendamment du traitement par la doxorubicine. Le mécanisme de régulation de BIM (transcriptionnel ou post-transcriptionnel) est en cours d'étude. Il est établi que les relations croisées entre les récepteurs de facteurs de croissance et les intégrines jouent un rôle dans la signalisation cellulaire, influençant la survie, la prolifération et la migration des cellules. Dans une troisième partie de cette thèse, nous avons analysé le rôle de l'adhésion des cellules (sur fibronectine) sur l'apoptose favorisée par ALK sans ligand. Nous montrons que l'adhésion des cellules à la fibronectine ne modifie pas la sensibilité des cellules Jurkat exprimant ou non ALK à l'apoptose induite par la doxorubicine. En revanche, l'expression de ALK diminue le pouvoir adhésif des cellules à la fibronectine. Nos résultats suggèrent donc l'existence d'un cross-talk entre ALK et des intégrines, dont la nature reste à établir. L'expression hétérologue chez la levure de protéines pro-apoptotiques humaines (BAX, caspases) entraîne la mort des levures. C'est pourquoi dans la dernière partie de cette thèse, nous avons réalisé des constructions pour exprimer le récepteur ALK humain chez la levure S. cerevisiae, dans le but de reconstituer la fonction et la signalisation pro-apoptotique de ALK, en cultivant les levures dans des conditions "de stress nutritionnel". Ces conditions ont été utilisées dans notre laboratoire pour mettre en évidence une apoptose chez la levure, induite par l'expression de la protéine humaine p53. Ces études d'expression de ALK sont encore au stade préliminaire, mais pourraient permettre, en ajoutant éventuellement des éléments de la voie apoptotique mitochondriale des mammifères, de reconstituer la voie pro-apoptotique de ALK.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Allouche, Michèle
Gargouri, Ali
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), INSERM U563
Mots-clés libres :ALK - récepteurs à dépendance - apoptose - BIM - BAK - adhésion cellulaire - cross-talk - intégrine - expression hétérologue - S. cerevisiae.
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :08 Apr 2009 14:51