LogoLogo

Jourdan, Géraldine. Conséquences des altérations induites et spontanées du système nerveux autonome sur la fonction cardiovasculaire: approches physiologiques et pharmacologiques

Jourdan, Géraldine (2008). Conséquences des altérations induites et spontanées du système nerveux autonome sur la fonction cardiovasculaire: approches physiologiques et pharmacologiques.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
2936Kb

Résumé en francais

Durant ces 20 dernières années, de nombreuses études réalisées chez l'homme ont montré une relation significative entre les altérations du système nerveux autonome (SNA) et la mortalité. Le système nerveux bien qu'autonome, ne restant pas moins un élément physiopathologique central dans les affections et la morbidité cardiovasculaires, certains marqueurs traduisant directement ou indirectement les altérations de ce dernier ont ainsi pu être identifiés et permettre une stratification du risque en terme de mortalité. Notre travail a donc consisté à étudier in vivo les altérations du SNA et ses conséquences cardiovasculaires dans trois situations distinctes, reflétant des affections morbides : les effets cardiovasculaires des aminochromes, dérivés oxydatifs des catécholamines endogènes, chez le chien et la souris ; les effets cardiovasculaires d'une combinaison médicamenteuse chez le chien ; les modifications de la variabilité de la fréquence cardiaque et de la repolarisation ventriculaire (étude de l'espace QT) dans un modèle canin d'obésité nutritionnelle. Une première étude réalisée chez la souris démontre clairement l'existence de modifications cardiaques morbides - électriques et échocardiographiques - propres aux aminochromes. Si ces résultats se confirment au travers d'études cliniques de dosage plasmatique de ces composés chez l'homme, les aminochromes per se pourraient être consacrés comme un nouveau facteur concourant à la physiopathologie et au risque de mortalité cardiovasculaire. Une deuxième étude suggère que l'utilisation conjointe de la midodrine et de la dihydroergotamine dans le traitement de l'hypotension orthostatique sévère chez l'homme doit être évitée et confirme, chez le chien, les observations cliniques d'une aggravation de ce symptôme en cas d'association de ces deux médicaments. Enfin, une troisième étude menée lors de l'acquisition de l'obésité chez la chienne permet d'identifier, par la méthode holter, la dynamique du QT (pente de la relation linéaire QT = a.RR + b) comme un marqueur potentiellement plus sensible et plus précoce des troubles de la repolarisation ventriculaire que la simple mesure de la durée de l'espace QT. Cet indice représente sans aucun doute une voie prometteuse pour l'identification de situations pharmacologiques ou physiopathologiques présentant un surcroît de mort subite.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Senard, Jean-Michel
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut de Médecine Moléculaire de Rangueil (I2MR), INSERM U858
Mots-clés libres :Aminochromes - midodrine - dihydroergotamine - hypotension orthostatique - variabilité de la fréquence cardiaque - dynamique du QT - obésité
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :09 Jul 2009 16:48