LogoLogo

Rossi, Natacha. Pheromonal modulation as a drive for behavioral plasticity in two insects: honey bees and ants

Rossi, Natacha (2018). Pheromonal modulation as a drive for behavioral plasticity in two insects: honey bees and ants.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3739Kb

Résumé en francais

Les phéromones sont des substances chimiques relâchées dans l'environnement par un individu qui déclenchent des comportements stéréotypés et/ou des processus physiologiques chez des individus de la même espèce. Cependant, une nouvelle hypothèse suggère que les phéromones non seulement suscitent des réponses innées mais contribuent également à la plasticité comportementale en agissant en "modulateurs" de phénomènes cognitifs. Nous avons étudié l'effet modulateur des phéromones sur les réponses réflexes, la prise de décision, et l'apprentissage chez trois espèces d'insectes qui sont des modèles emblématiques en recherche fondamentale et appliquée : l'abeille Apis mellifera, et les fourmis Camponotus aethiops and Linepithema humile. Dans une première étude, nous avons trouvé qu'une phéromone appétitive diminuait la sensibilité aversive, tandis qu'une phéromone d'alarme augmentait la sensibilité aversive chez l'abeille. Chez L. humile, une phéromone de piste synthétique augmentait la sensibilité au sucre et le temps de nourrissage. Globalement, nos résultats démontrent que certaines phéromones modulent la prépondérance des stimuli aversif et appétitif selon leur valence. De cette manière, elles affecteraient la motivation à s'engager dans des réponses aversives ou appétitives, agissant ainsi comme modulateurs de la plasticité comportementale. Nous avons ensuite déterminé l'effet d'une phéromone d'alarme (l'acide formique) sur la prise de décision et les systèmes de reconnaissance dans le cadre de la discrimination de congénères chez des fourmis charpentières. Nous avons trouvé que la phéromone d'alarme améliorait la discrimination en augmentant l'agressivité envers les non congénères et en la diminuant envers les congénères en même temps. Ces résultats remettent en question le modèle établi de reconnaissance de congénères. Nous proposons donc une version révisée de ce modèle. Enfin, nous avons teste l'effet de l'acide formique sur l'apprentissage et la généralisation. L'acide formique augmentait la discrimination en conditionnement différentiel olfactif aversif. En conditionnement différentiel olfactif appétitif, l'acide formique modulait les dynamiques d'acquisition et la perception de la similarité des odeurs. Nous suggérons que les phéromones affectent la perception des odeurs conditionnées et des renforcements selon la nature des odeurs et leurs valeurs intrinsèques pour l'individu, ainsi que la valence des renforcements. Cette thèse présente les premières analyses intégrées de la modulation phéromonale chez deux taxa : les abeilles et les fourmis. Les résultats présentés nous permettent de comprendre une partie des modes d'action des phéromones et ouvrent la voie à de futures études afin de comprendre les mécanismes qui sous-tendent l'effet modulateur des phéromones.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Giurfa, Martin
D'Ettorre, Patrizia
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA), UMR 5169
Mots-clés libres :Communication chimique - Insectes sociaux - Apis mellifera - Camponotus aethiops - Linepithema humile
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :27 Sep 2019 16:51