LogoLogo

Hassan, Ali. Etude de l'impact des infections parasitaires et virales sur les maladies inflammatoires médiées par les lymphocytes T

Hassan, Ali (2019). Etude de l'impact des infections parasitaires et virales sur les maladies inflammatoires médiées par les lymphocytes T.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Certains microorganismes sont capables de moduler le système immunitaire de leur hôte, ce qui peut influencer positivement ou négativement le développement et la progression de maladies inflammatoires d'origines infectieuses et auto-immunes. L'infection par certaines souches de Plasmodium, l'agent du paludisme, peut altérer des réactions auto-immunes et la co-infection avec des espèces concurrentes de Plasmodium peut modifier l'évolution clinique du paludisme. Cependant les mécanismes sous-jacents restent mal définis. Dans ce projet, nous avons étudié l'impact de certains souches de Plamsodium sur le neuropaludisme expérimental (NPE) et l'encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE), qui sont deux maladies inflammatoires médiées par les lymphocytes T. Nous avons observé que certaines souches de paludisme chez le rongeur protègent contre le NPE et l'EAE. Par la suite, nous avons montré que les effets protecteurs sont indépendants du parasiteet entièrement dus à un virus à ARN, le lactate dehydorogenase elevating virus (LDV), co-hébergé dans le sang parasité par Plasmodium. La protection est corrélée à une réponse immune précoce typique d'une signature IFN I. Nos analyses fonctionnelles ont établi que la protection contre le NPE est due à une diminution des réponses pathogènes des LT CD4+ Th1, résultant d'une réduction de l'abondance des cellules dendritiques conventionnelles spléniques et d'une altération de la production d'IL-12p70, dépendante de l'IFN-I. En outre, nous avons montré que le LDV protège contre l'EAE en atténuant la différenciation des LT encéphalitogènes productrices d'IFN-ƴ, d'IL-17 et de GM-CSF. Notre étude a permis d'identifier un virus immuno-modulateur co-hébergé dans plusieurs stocks de Plasmodium. Au-delà de l'impact sur la communauté qui étudie le paludisme dans des modèles de rongeurs, cette étude apporte un nouvel éclairage sur les mécanismes de protection contre les maladies inflammatoires véhiculés par l'infection. Ceci pourrait être utile dans la mise en place de nouvelles stratégies thérapeutique contre les complications associées au paludisme et contre l'auto-immunité.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Blanchard, Nicolas
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan (CPTP), UMR 1043
Mots-clés libres :Plasmodium - LDV - Auto-immunité - Immuno-modulation
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :19 Feb 2020 14:42