LogoLogo

La Vieuville, Geoffroy de. Le regard privilégié de MUSE sur les sources de la réionisation cosmique

La Vieuville, Geoffroy de (2019). Le regard privilégié de MUSE sur les sources de la réionisation cosmique.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
16Mb

Résumé en francais

La reionisation est le dernier changement d'état de l'Univers qui a fait passer l'ensemble de sa teneur en hydrogène d'un état neutre à un état ionisé. Cette transition rapide ainsi que le réchauffement du gaz ont eu des conséquences majeures sur la formation et l'évolution des structures, d'où l'importance de la reionisation pour comprendre l'Univers actuel. Dans notre compréhension actuelle, la réionisation s'est terminée à z ~ 6 et les sources responsables de cette transition sont probablement les galaxies de faible masse et à formation d'étoiles (SFG). Une des façons d'étudier cette population consiste à déterminer la fonction de luminosité (LF) des galaxies sélectionnées à partir de leur émission Lyman-alpha et à évaluer leur densité de flux ionisant. Toutefois, les études les plus récentes et leurs conclusions sont en général limitées par le flux le plus faible que l'on peut atteindre avec les instruments actuels. L'un des principaux objectifs du travail présenté dans ce manuscrit est l'étude de la LF des émetteurs Lyman-alpha (LAE) à l'aide d'observations profondes d'amas de galaxies avec l'IFU MUSE. L'utilisation combinée des cubes de données IFU et de champs lentillés rend cette analyse difficile sur le plan du temps de calcul. Pour contourner cette difficulté, nous avons mis au point de nouvelles méthodes pour tenir compte de la contribution de chaque LAE, y compris la détermination du volume effectif et de la complétude. Les LFs résultant de cette analyse ont établi un niveau de contrainte sans précédent sur la forme de la partie à très faible luminosité de la LF. En ne faisant aucune hypothèse sur la fraction d'échappement de l'émissions Lyα, nous observons que la population de LAE a un niveau de contribution à l'émissivité ionisante totale similaire à celui des galaxies sélectionnées par UV (LBG) à z ∼ 6. Dans la continuité de ce travail sur la LAE LF, nous étudions l'effet de la méthode de sélection sur cette conclusion. Ces derniers résultats ont montré que la proportion observée de LAEs augmente de manière significative parmi les galaxies à faible continuum UV et à grand redshift.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Pelló, Roser
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP), UMR 5277
Mots-clés libres :Astrophysique - Lentille gravitationelle - Amas de galaxies - Reionisation
Sujets :Sciences de l'univers
Déposé le :30 Sep 2020 09:28