LogoLogo

Trimaglio, Giulia. An orthotopic syngeneic mouse model to study the role of DCIR in colorectal cancer

Trimaglio, Giulia (2020). An orthotopic syngeneic mouse model to study the role of DCIR in colorectal cancer.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

Le cancer colorectal (CCR) est le troisième cancer le plus fréquent et le deuxième cancer le plus mortel dans le monde. En conséquence, de nouveaux biomarqueurs diagnostiques ainsi qu'une amélioration des traitements actuels sont nécessaires. Les tumeurs se développent dans des microenvironnements complexes où les cellules cancéreuses interagissent et modulent la réponse immunitaire locale pour persister et se multiplier. Les lectines de type C, exprimées notamment par les cellules de l'immunité, régulent la réponse anti-cancéreuse, et donc le développement tumoral. Parmi elles, l'immunorécepteur des cellules dendritiques (DCIR), a été montré comme jouant un rôle immunitaire majeur au cours des maladies infectieuses et auto-immunes. À l'inverse, son rôle dans l'immunité tumorale reste méconnu. L'analyse des données transcriptomiques de deux cohortes de patients atteints de CCR a révélé un lien entre une expression élevée de DCIR et une meilleure survie des patients. Dans ce contexte, l'objectif principal de ma thèse était de déterminer l'impact de DCIR sur le développement du CCR et la réponse immunitaire associée. Dans ce but, j'ai établi un modèle murin préclinique, orthotopique et syngénique du CCR consistant en l'injection intracaecale de cellules tumorales MC38 exprimant la luciférase (MC38-fLuc+) dans des souris C57BL/6. Le suivi de la croissance tumorale par bioluminescence a montré que, malgré l'acquisition initiale de tumeurs solides par toutes les souris, seulement 30% des souris ont développé un CCR progressif et mortel, tandis que les autres animaux ont spontanément rejeté leurs tumeurs. Aucun rejet des tumeurs CCR MC38 n'a été observé en l'absence d'immunité adaptative, ni lors de l'injection de cellules MC38 dans d'autres sites anatomiques. L'immunophénotypage par transcriptomique et cytométrie de flux a révélé que les souris développant des tumeurs progressives présentaient une réponse immunitaire pro-tumorale, définie par une signature caractéristique des lymphocytes T régulateurs, détectable peu après l'implantation tumorale, et par une infiltration de cellules myéloïdes suppressives connues pour favoriser la croissance tumorale. En revanche, les souris rejetant les tumeurs présentaient une signature pro-inflammatoire précoce et un microenvironnement anti-tumoral enrichi en lymphocytes T CD8+. Ainsi, nos résultats démontrent un rôle du microenvironnement spécifique du côlon dans la régulation de l'équilibre entre les réponses immunitaires anti- ou pro- tumorales et souligne l'importance d'utiliser des modèles murins orthotopiques pour les études in vivo. Dans la seconde partie de ma thèse, j'ai utilisé ce modèle murin de CCR pour comparer le développement tumoral dans des souris C57BL/6 de type sauvage ou des souris déficientes pour l'expression de mDcir1 (mDcir1-KO), un homologue murin du DCIR humain. Bien que l'absence de mDCIR1 n'ait aucune incidence sur le pourcentage de souris développant ou rejetant les tumeurs du CCR, nous avons observé que les animaux mDcir1-KO développaient des tumeurs plus importantes que les sauvages En accord avec ce résultat, nous avons constaté une infiltration plus faible de lymphocytes CD8+ cytotoxiques et une activation moindre des lymphocytes T CD4+ et CD8+ (c'est-à-dire T-BET+, CD44haut, CTLA-4+) dans les tumeurs des souris mDcir1-KO par rapport aux souris sauvages. Ainsi, nos données indiquent un rôle protecteur et anti-tumoral de DCIR pendant le développement du CCR, probablement dû à une dérégulation de l'équilibre existant entre la tumeur et la réponse immunitaire. Dans l'ensemble, cette étude ouvre la voie à la mise au point éventuelle de biomolécules pharmacologiques ciblant DCIR pour déclencher une réponse immunitaire anti-tumorale efficace dans le contexte du CCR et au-delà.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Rombouts, Yoann
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut de Pharmacologie et de Biologie Structurale (IPBS), UMR 5089
Mots-clés libres :Cancer colorectal - Polarisation de la réponse immunitaire - Modèle orthotopique - DCIR - Récepteurs de lectine de type C - CLRs - Microenvironnement de la tumeur - Réponse immunitaire antitumorale
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :23 Oct 2020 12:24