LogoLogo

Cantera, Isabel. Effet de l'anthropisation sur les communautés des poissons dans les cours d'eau guyanais. Approche par ADN environnemental

Cantera, Isabel (2019). Effet de l'anthropisation sur les communautés des poissons dans les cours d'eau guyanais. Approche par ADN environnemental.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Les écosystèmes naturels subissent des impacts anthropiques croissants qui altèrent la diversité des communautés biologiques. Les cours d'eau amazoniens abritent une biodiversité unique et conséquente, mais sont confrontés à des taux de déforestation sans précédent. Il est donc urgent de comprendre comment l'anthropisation affecte la biodiversité dans ces écosystèmes. Ce travail propose une approche en écologie des communautés pour définir comment l'anthropisation affecte les patrons de diversité, mais aussi les processus écologiques qui façonnent les communautés de poissons. Une méthode d'échantillonnage non-invasive, l'ADN environnemental (ADNe), a été utilisée pour inventorier les communautés de poissons dans les ruisseaux et les grands fleuves en Guyane française. Des surfaces déforestées ont été cartographiées à partir de données spatiales pour créer une variable de déforestation globale qui intègre les effets de l'urbanisation, l'agriculture et l'exploitation aurifère et forestière. Ce travail a, premièrement, permis d'optimiser et valider l'utilisation de l'ADNe pour évaluer l'impact humain sur les écosystèmes riches en espèces, tels que les rivières tropicales. La méthode a montré une reproductibilité élevée, ainsi qu'une capacité à distinguer les communautés de poissons, les habitats et les sites perturbés des sites non perturbés. De plus, nous avons montré que la déforestation affecte la biodiversité au-delà des effets locaux et avons mis en évidence un effet étendu de la déforestation sur la biodiversité en aval. Cet impact lointain a provoqué un déclin de plus de 30% de la diversité taxonomique et fonctionnelle des communautés de poissons qui habitent les fleuves. Cependant, cette perturbation n'a pas été déterminante sur les processus écologiques qui façonnent les communautés de poissons, ni sur la composition des traits. Dans les petits ruisseaux, la déforestation a entraîné des modifications dans la composition spécifique, sans diminuer le nombre d'espèces ni la richesse fonctionnelle. Ces altérations ont été induites par un rôle prépondérant des filtres environnementaux sur l'assemblage des communautés. En conséquence, les espèces étaient moins uniformément réparties dans l'espace fonctionnel, laissant des traits liés au compartiment benthique et au régime phytophage sous-représentés alors que les espèces pélagiques et détritivores étaient surreprésentées. Nos résultats montrent la complexité des réponses de la biodiversité à la déforestation. Outre des réponses dépendantes de l'habitat, la déforestation a modifié la biodiversité des communautés de poissons d'eau douce à travers différentes facettes. Finalement, ce travail a souligné la vulnérabilité de la faune tropicale à des légers changements environnementaux, même dans des régions relativement bien préservées, comme la Guyane Française.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Brosse, Sébastien
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire Évolution et Diversité Biologique, UMR 5174
Mots-clés libres :Poissons néotropicaux - Fleuves amazoniens - Écologie des communautés - Diversité taxonomique - Diversité fonctionnelle - Déforestation - Règles d'assemblage
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :08 Dec 2020 09:33