LogoLogo

Albre, Jérome. Le complexe Erebia tyndarus (Lepidoptera, Nymphalidae) : biogéographie, évolution et théorie des refuges froids interglaciaires

Albre, Jérome (2007) Le complexe Erebia tyndarus (Lepidoptera, Nymphalidae) : biogéographie, évolution et théorie des refuges froids interglaciaires.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
15Mb

Résumé en francais

Le genre Erebia Dalman, 1816 (Lepidoptera, Nymphalidae), parmi les plus diversifiés de la région Holarctique, est inféodé aux milieux froids montagnards et arctiques. Dans la première moitié du 20ème siècle, des études ont permis de classifier les espèces, mais de nombreux points restaient à éclaircir. Le groupe E. tyndarus (Esper, 1781), représenté dans la plupart des montagnes de la région Holarctique a, par ailleurs, fait l'objet d'un intérêt tout particulier. En effet, ses espèces, difficiles à différencier, sont issues d'une radiation récente liée aux changements climatiques majeurs du Pléistocène. De récentes études phylogénétiques ont également abouti à des résultats relativement divergents. Cependant, une partie importante de l'information n'a pas été prise en compte, seules quelques populations des taxa européens ayant été considérées. C'est donc autour de ce groupe Holarctique qu'est axée la problématique de ce travail. Une première étude moléculaire utilisant le gène ND5 a été entreprise sur diverses espèces d'Erebia provenant de toute la région Holarctique. Bien que faiblement résolutive, elle a permis de mettre en évidence de nombreux groupes monophylétiques, parmi lesquels le groupe E. tyndarus. Une étude morphométrique basée sur les pièces génitales des mâles a permis de différencier la plupart des espèces et sous-espèces du groupe, ainsi que deux morphotypes pour l'espèce la plus problématique (E. cassioides). Le séquençage d'un gène supplémentaire (CoxII) nous a amené à proposer une révision taxonomique du groupe, les sous-espèces rondoui, benacensis et transcaucasica ayant très certainement atteint le statut d'espèce. L'histoire évolutive du groupe a également pu être retracée. Les datations ont mis en évidence un parallèle très intéressant entre les changements globaux du Pléistocène et les principaux évènements de spéciation. Cette constatation nous a amené à émettre une théorie concernant l'existence de refuges interglaciaires pour les organismes de milieux froids, en complément aux refuges glaciaires des espèces de milieux tempérés. Les phases glaciaires permettraient une expansion des populations à travers les steppes de basse altitude, alors que les phases interglaciaires entraîneraient des migrations vers les zones refuges que sont les steppes alpines. Les conséquences éventuelles de l'actuel réchauffement global sur la biodiversité des milieux alpins sont également abordées

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Legal, Luc
Gers, Charles
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire d'écologie fonctionnelle (Ecolab), UMR 5245
Mots-clés libres :Erebia tyndarus - phylogénie - spéciation - écologie - Holarctique - Pléistocène - interglaciaire - migration - refuge - morphométrie - ND5 - CoxII
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :02 Oct 2009 17:22