LogoLogo

Courtot, Lilas. Conséquences d'un faible stress réplicatif sur le programme de réplication des cellules normales et cancéreuses

Courtot, Lilas (2020). Conséquences d'un faible stress réplicatif sur le programme de réplication des cellules normales et cancéreuses.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
8Mb

Résumé en francais

La réplication de l'ADN est un processus finement orchestré dans les cellules eucaryotes grâce à la régulation temporelle de l'activation des origines de réplication, phénomène mieux connu sous le nom de timing de réplication. Le timing de réplication d'un domaine génomique est très robuste et dépend de l'identité cellulaire. Lors d'un faible stress réplicatif, la fourche de réplication est ralentie et certaines régions fragiles du génome voient leur timing de réplication retardé voire ne sont pas du tout dupliquées. Ainsi, le ralentissement du processus de réplication peut avoir pour conséquence des cassures de l'ADN et à fortiori de l'instabilité génomique, un marqueur bien connu des cancers. Hormis ces régions fragiles déjà identifiées, l'impact direct d'un faible stress sur le "timing" de réplication de l'ensemble du génome n'a pas encore été étudié. L'objectif de ma thèse était donc d'analyser et de comparer le timing de réplication de 6 lignées cellulaire de différents tissus humain (sain ou tumoral) en réponse à un faible stress réplicatif. J'ai ainsi pu observer une réponse hétérogène entre les différentes lignées et un timing de réplication plus impacté dans certaines lignées cancéreuses en réponse au stress. En particulier, certaines lignées cancéreuses présentent de très fortes avancées de timing dans certaines régions précises du génome en réponse au stress réplicatif. De surcroit, nous avons observé que ces avancées de timing qui sont retrouvées dans la génération cellulaire suivante. Ainsi, lors de ma thèse, j'ai mis en évidence un nouveau mécanisme mis en place surtout par les cellules cancéreuses en réponse au stress réplicatif qui apporte une preuve supplémentaire de la plasticité du génome de ces cellules, leur permettant de répondre et de s'adapter rapidement à des conditions de stress et, éventuellement, de mieux résister aux agents génotoxiques.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Bergoglio, Valérie
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT), UMR 1037
Mots-clés libres :Timing de réplication - Stress réplicatif - Cancer - Transmission - Épigénétique et structure de la chromatine
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :18 Feb 2021 12:21