LogoLogo

Carrier, Arnaud. Étude de la méthylation de l'ADN dans l'agressivité du mélanome cutané

Carrier, Arnaud (2016). Étude de la méthylation de l'ADN dans l'agressivité du mélanome cutané.

[img]PDF (Accès restreint. S'adresser à l'accueil de la BU Sciences de Toulouse) - Accès intranet - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
11Mb

Résumé en francais

Le mélanome cutané est le cancer de la peau le plus agressif. Il représente moins de 5% des cancers de la peau mais sa forme métastatique est responsable de 60 à 80% des décès. La médiane de survie des patients atteints d'un mélanome métastatique n'est que de 6 à 9 mois avec les chimiothérapies classiques ou ciblées. L'immunothérapie a été un grand progrès thérapeutique, néanmoins la prise en charge du mélanome métastatique souffre encore de trois points négatifs, tous les patients ne répondent pas aux différents traitements, l'efficacité des chimiothérapies ciblées est limitée par l'apparition rapide de résistances, les cliniciens manquent de marqueurs prédictifs de l'évolution dès les stades précoces pour la prise en charge. Dans ce contexte, notre groupe s'intéresse à la méthylation de l'ADN associées à l'agressivité du mélanome. La méthylation est catalysée par les méthyltransférases de l'ADN (DNMTs). Lorsque celle-ci est présente au niveau d'îlots CpGs localisés dans les promoteurs des gènes, elle empêche la machinerie transcriptionnelle de se mettre en place et inhibe l'expression du gène correspondant. Le profil de méthylation globale de l'ADN étant altéré dans le cancer, elle a donc un rôle fonctionnel dans le processus tumoral mais peut aussi être utilisée en tant que biomarqueur, chaque cancer ayant un profil de méthylation différent. De plus, au sein d'un même cancer, ce profil évolue avec la progression de la tumeur. Au cours de cette thèse, j'ai identifié des modifications du profil de méthylation de l'ADN associées à l'agressivité du mélanome et j'ai sélectionné 9 loci hyperméthylés candidats biomarqueurs. J'ai d'abord comparé les profils de méthylation au niveau du génome entier de lignées cellulaires de mélanome correspondant à des stades d'agressivité différents. À partir de ces informations, des loci candidats ont été choisis par une analyse de la répartition de ces loci hyperméthylés sur le génome couplée à une analyse bioinformatique des fonctions et interactions des gènes associés. Ensuite, leur statut de méthylation a été validé par une technique différente (collaboration avec le Dr. J. Tost, CNG, Evry). Une fois leur hyperméthylation confirmée, j'ai entrepris l'analyse de la méthylation de l'ADN au niveau de ces gènes dans des échantillons de tumeurs primaires issues de patients montrant des survies différentes (Collaboration : L. Lamant, N. Meyer, IUCT, Toulouse, France; L. Lanfrancone IFOM, Milan, Italie). Notre étude confirme le statut hyperméthylé des gènes retenus dans les échantillons métastatiques par rapport aux échantillons de tumeurs primaires. De plus il apparaît un lien entre le niveau de méthylation de la tumeur primaire et le délai d'apparition de métastases ainsi que la survie globale des patients. Parmi les loci sélectionnés, j'ai déterminé si le statut hyperméthylé de ces loci est corrélé à leur sous- expression dans le but d'étudier leur rôle dans l'agressivité du mélanome, et si ces loci peuvent être déméthylés et ré-exprimés par un inhibiteur de DNMTs. Cela a amené à l'identification d'un gène et d'un miR peu décrits dans la littérature, dont les expressions sont corrélées au statut de méthylation et modulées par un traitement déméthylant l'ADN. J'ai entrepris de comprendre leur rôle dans l'agressivité du mélanome et évaluer leur intérêt potentiel en tant que cibles anti-tumorales. Pour cela, j'ai utilisé des tests fonctionnels pour étudier les conséquences de la surexpression dans la lignée métastatique ou de l'inhibition dans la lignée primaire. Les résultats suggèrent une régulation épigénétique fine de ce miR et de ce gène pendant la progression du mélanome, retrouvée indépendamment par notre analyse des tumeurs de patients de la banque TCGA.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Arimondo, Paola B.
Riond, Joëlle
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Epigenetic Targeting of Cancer (ETaC), FRE 3600 - CNRS
Mots-clés libres :Méthylation de l'ADN-mélanome cutané
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :19 Feb 2021 09:46