LogoLogo

Girardin, Ariane. Understanding the molecular dialog between arbuscular mycorrhizal fungi and non-legume plants

Girardin, Ariane (2017). Understanding the molecular dialog between arbuscular mycorrhizal fungi and non-legume plants.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
11Mb

Résumé en francais

Les endosymbioses racinaires sont des associations bénéfiques établies entre les racines des plantes et des micro-organismes du sol. Ces symbioses ont un intérêt agronomique et écologique puisque les plantes fournissent à leurs partenaires microbiens une niche écologique et des sucres issus de la photosynthèse et en retour, les micro-organismes associés aux racines vont fournir à la plante des nutriments minéraux qui sont actuellement apportés dans l'agriculture conventionnelle sous forme d'engrais. Durant ma thèse, j'ai particulièrement étudié la symbiose endomycorhizienne à arbuscules (AMS). Elle implique des champignons du groupe des Gloméromycètes et plus de 80 % des plantes terrestres. Ainsi cette symbiose est la plus répandue sur terre connue à l'heure actuelle. Plusieurs étapes importantes pour l'établissement de l'AMS ont été définies. La première de ces étapes est la reconnaissance mutuelle entre le champignon endomycorhizien et la plante hôte. Le champignon est capable de percevoir les plantes par les exsudats racinaires qu'elles sécrètent dans la rhizosphère. Dans le mélange complexe de molécules que sont les exsudats racinaires, des phytohormones appelées strigolactones activent le métabolisme des champignons endomycorhizien, la ramification des leurs hyphes et la production de molécules fongiques appelée facteurs Myc. La perception des facteurs Myc par la plante active des processus permettant la colonisation des racines par le champignon. Ce dialogue moléculaire entre champignons endomycorhiziens et plantes hôtes reste toutefois méconnu. Des molécules de type Lipo-chitooligosaccharides (LCO) ou chito-oligosaccharides (CO) ont été identifiées dans les exsudats de spores ou d'hyphes de champignons et activent la voie de signalisation symbiotique chez les plantes mais leurs rôles respectifs dans l'établissement de l'AMS restent mal compris. Du côté de la plante, des récepteurs potentiels aux LCOs et aux COs sont codés par les gènes de la famille des Lysin Motif Receptor-Like Kinase (LysM-RLK) qui sont capables de lier les constituants structuraux des LCOs et des COs. Cependant aucune preuve n'avait été apportée, au commencement de ma thèse, permettant de conclure sur le rôle des LCOs, des COs, et des LysM-RLKs dans la mise en place de l'AMS. C'est ce que je me suis attachée à démontrer durant ma thèse. Pour cela, j'ai travaillé sur une dicotylédone (la tomate : Solanum lycopersicum) et sur une monocotylédone (Brachypodium distachyon, un modèle pour le blé). Pour identifier les récepteurs aux LCOs dans ces plantes et déterminer leur rôle dans l'AMS nous avons mis en place des techniques de génétique inverse. Nous avons ensuite déterminé l'affinité de ces récepteurs pour les LCOs. Ainsi, nous avons montré que la perception des LCOs dans la tomate est importante pour la mise en place de l'AMS. Par ailleurs, je me suis intéressée à la symbiose entre des bactéries du type rhizobium et des plantes principalement de la famille des légumineuses. La mise en place de cette symbiose nécessite la synthèse de LCOs par les rhizobia et leur perception par la plante via des récepteurs de la famille des LysM-RLKs. Ces similarités que la symbiose rhizobium-légumineuses partage avec l'AMS nous ont conduits à poser la question de savoir si les récepteurs de LCOs impliqués dans l'AMS (beaucoup plus ancienne que la symbiose rhizobium-légumineuse) ont été recrutés durant l'évolution pour jouer un rôle dans la symbiose rhizobium-légumineuse. J'ai pu montrer que les récepteurs de LCOs impliqués dans l'AMS chez les espèces non-légumineuses susmentionnées sont fonctionnels l'établissement de la symbiose rhizobium-légumineuse chez une légumineuse.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Lefebvre, Benoit
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire des Interactions Plantes-Microorganismes (LIPM), UMR 2594
Mots-clés libres :LysM-RLK - Symbiose endomycorhizienne à arbuscules - Symbiose rhizobium-légumineuses - Brachypodium distachyon - Solanum lycopersicum - Medicago truncatula
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :26 Feb 2021 15:02