LogoLogo

Bénévent, Justine. Conséquences à long terme de l'exposition in utero à des médicaments

Bénévent, Justine (2020). Conséquences à long terme de l'exposition in utero à des médicaments.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
2310Kb

Résumé en francais

Les femmes enceintes n'étant généralement pas incluses dans les essais cliniques, la plupart des médicaments sont mis sur le marché sans profil de sécurité établi pendant la grossesse. L'évaluation clinique des médicaments pendant la vie prénatale est réalisée après l'autorisation de mise sur le marché. La pharmaco-épidémiologie constitue donc un outil incontournable dans ce domaine. De nombreuses sources de données peuvent être utilisées en pharmaco-épidémiologie pour l'évaluation de la sécurité des médicaments pendant la grossesse (publication numéro 1). L'exposition à des médicaments pendant la vie intra-utérine peut provoquer, entre autres, des dommages dont les conséquences ne seront observables que plus tard dans la vie, comme par exemple des anomalies du développement. Malheureusement, les données disponibles pour évaluer ce type d'effets sont insuffisantes. La cohorte POMME (PrescriptiOns Médicaments Mères Enfants) a été mise en place pour l'évaluation des conséquences à long terme de l'exposition aux médicaments pendant la vie prénatale (publication numéro 2). POMME est une cohorte d'enfants nés en Haute-Garonne en 2010 ou en 2015. Elle détient des informations médicales anonymes ainsi que des données sur les médicaments et les soins de santé remboursés aux enfants, à partir du jour de leur conception jusqu'à leur enfance. Cette cohorte a permis la réalisation de deux études sur les conséquences de l'exposition médicamenteuse prénatale. La première est une étude de cohorte, dont l'objectif était d'évaluer l'association entre l'exposition prénatale à des médicaments possédant des propriétés atropiniques et le recours aux médicaments des troubles digestifs chez l'enfant entre 0 et 3 ans (publication numéro 3). Cette étude a mis en évidence que les enfants exposés avaient reçu significativement plus de prescriptions de médicaments des troubles digestifs que les non exposés. La deuxième étude est une étude cas-témoins, dont l'objectif était de comparer l'exposition prénatale à l'ensemble des classes ATC (Anatomique, Thérapeutique et Chimique) entre des enfants (0-8 ans) ayant un parcours de soin en neuropsychiatrie et des témoins (publication numéro 4). Cette étude retrouvait une différence statistiquement significative d'exposition prénatale aux médicaments du système nerveux (antalgiques exclus) entre les cas et les témoins. Des différences ont également été observées pour d'autres classes ATC, comme celle du système musculo-squelettique et celle du système génito-urinaire et hormones sexuelles. Récemment, le concept d'exposition pendant la période précoce de l'enfance, qui considère la vie prénatale et la petite enfance comme un continuum, a émergé dans le contexte des études de sécurité des médicaments à long terme. Une description de l'évolution, entre 2010 et 2015, de l'exposition médicamenteuse chez les enfants, depuis le jour de la conception jusqu'à l'âge de deux ans, a été réalisée au sein de la cohorte POMME (publication numéro 5). Cette étude a mis en évidence une diminution de la prescription médicamenteuse au cours de la période précoce de l'enfance. L'évaluation des effets à long terme des médicaments après exposition prénatale constitue actuellement un enjeu majeur. Dans la mesure où les mécanismes en jeu dans les effets à long terme sont, pour certains, liés à des propriétés des médicaments bien établies, une expertise en pharmacologie permet d'anticiper des potentiels effets à long terme des médicaments en fonction de leurs propriétés pharmacodynamiques. Ce type d'effets nécessite, pour pouvoir être étudié en pharmaco-épidémiologie, de disposer d'outils adaptés, dont fait partie la cohorte POMME. Il est important de considérer la vie prénatale et la petite enfance comme un continuum, puisque l'exposition aux médicaments commence dès le jour de la conception.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Damase-Michel, Christine
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire d'Epidémiologie et analyses en santé publique : risques, maladies chroniques et handicaps (LEASP), UMR 1027
Mots-clés libres :Pharmacoépidémiologie - Vie prénatale - Effets à long terme - Cohorte POMME
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :03 Mar 2021 14:22