LogoLogo

Chiara, Violette. Ontogenèse et socialité chez les araignées

Chiara, Violette (2019). Ontogenèse et socialité chez les araignées.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
7Mb

Résumé en francais

La transition entre vie solitaire et vie sociale est une transition évolutive majeure, apparue indépendamment dans de nombreux taxons. Les araignées offrent une gamme étendue d'organisations sociales, différant par la complexité et la durée des interactions entre congénères. Parmi les 48 000 espèces d'araignées, une trentaine a développé une vie sociale élaborée caractérisée par la construction d'une toile commune, l'existence de soins coopératifs aux juvéniles et la présence de chasses collectives. Cependant, les juvéniles de toutes les espèces d'araignées solitaires présentent une phase grégaire temporaire suite à leur émergence du cocon maternel. Cette phase grégaire, dont la durée est variable entre les espèces, aboutit à la dispersion des juvéniles et l'initiation d'interactions agonistiques. La caractérisation de cette transition est cruciale pour identifier les mécanismes ayant présidé au développement d'une vie sociale permanente chez les araignées. Une première partie est consacrée à la caractérisation des mécanismes impliqués dans l'initiation de la dispersion chez les juvéniles de l'espèce solitaire Agelena labyrinthica. Nos résultats indiquent que l'agressivité est une conséquence, non la cause, de la dispersion. Dans une seconde partie, nous montrons l'influence du contexte social sur les comportements de prédation des juvéniles au cours de leur phase grégaire. Finalement, la troisième partie de cette thèse aborde les chasses collectives chez l'araignée sociale Anelosimus eximius. Nos résultats montrent que l'émergence d'une synchronisation dans les déplacements des araignées repose sur une modulation des comportements individuels dépendante de l'activité des congénères. En combinant approches expérimentales et théoriques, cette thèse suggère que la communication joue un rôle déterminant dans le maintien de la cohésion sociale et l'expression de formes sophistiquées de coopération chez les araignées.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Jeanson, Raphaël
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Centre de Recherches sur la Cognition Animale (CRCA), UMR 5169
Mots-clés libres :Agression - Communication - Dispersion - Plasticité comportementale - Synchronisation - Tolérance sociale
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :11 Mar 2021 13:49