LogoLogo

Cailleaud, Émilie. Cycles du carbone et de l'azote et émissions de gaz à effet de serre (CH4, CO2 et N2O) du lac de barrage de Petit Saut et du fleuve Sinnamary en aval du barrage (Guyane française)

Cailleaud, Émilie (2015). Cycles du carbone et de l'azote et émissions de gaz à effet de serre (CH4, CO2 et N2O) du lac de barrage de Petit Saut et du fleuve Sinnamary en aval du barrage (Guyane française).

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
4Mb

Résumé en francais

Les eaux continentales sont des sources de méthane (CH4), de dioxyde de carbone (CO2) et de protoxyde d'azote (N2O). Dans le but de préciser leur importance dans le bilan global des émissions de gaz à effet de serre (GES), de nombreuses études ont été réalisées afin de quantifier les différents flux de carbone et d'azote les parcourant. Ces flux sont perturbés par la mise en place de barrages sur le lit des fleuves. Peu d'études présentent des bilans de carbone et d'azote complets (apports, exports, flux vers l'atmosphère et enfouissement) pour les lacs de barrages, et elles concernent uniquement des écosystèmes boréaux et tempérés. Suite à la création d'un barrage, de la matière organique (MO) est mise en eau (sols et forêts), elle se dégrade rapidement les premières années suivant la mise en eau puis plus lentement par la suite. L'état de dégradation de la MO et la principale source de GES dans un lac de barrage près de 20 ans après la mise en eau sont souvent méconnus. L'étude réalisée 18 ans après la mise en eau du lac de Petit Saut (Guyane Française) est la première étude où les principaux éléments des cycles du carbone et de l'azote d'un lac de barrage hydroélectrique, et de son fleuve en aval, situé en climat équatorial et dont la création a entraîné la mise en eau de forêt primaire, sont étudiés près de 20 ans après la mise en eau. Cette étude se base sur (i) la mesure mensuelle de la qualité des eaux et des concentrations en carbone et azote en amont, dans, et en aval du lac de barrage, (ii) la mesure et/ou le calcul des différents flux de GES vers l'atmosphère, (iii) des données de la signature isotopique et de l'état de dégradation de la MO en amont, dans, et en aval du lac, (iv) des prélèvements de sédiments et de troncs d'arbres ennoyés en 1994 et (v) des incubations d'eau du fleuve, de sédiments et de troncs d'arbres du lac. L'ensemble des données collectées au cours des 12 mois de campagnes réalisées en 2012 - 2013 nous a permis de déterminer que (i) les sols inondés sont toujours des sources significatives de GES contrairement aux troncs d'arbres ennoyés, (ii) dans le lac 84 % des émissions de CH4 et 51 % des émissions de CO2 ont lieu dans la zone littorale (< 10 m de profondeur), (iii) 54 % du CO2 produit dans le fleuve en aval provient de la dégradation de la MO apportée par le lac. Cette étude nous a aussi permis de réaliser des bilans de carbone et d'azote à Petit Saut et un bilan des émissions de chacun des GES émis (CH4, CO2, N2O) près de 20 ans après la mise en eau.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Serça, Dominique
Guérin, Frédéric
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire d'Aérologie, UMR 5560
Mots-clés libres :Eaux continentales - Lac de barrage hydroélectrique - Fleuve en aval d'un barrage - Climat tropical - Cycle du carbone - Gaz à effet de serre (Méthane; Dioxyde de carbone; Protoxyde d'azote) - Cycle de l'azote - Matière organique - delta13C - delta15N
Sujets :Sciences de l'environnement
Déposé le :08 Apr 2021 17:30