LogoLogo

Le Page, Michel. Une contribution pour l'utilisation de la télédétection spatiale à la gestion de l'eau agricole

Le Page, Michel (2020). Une contribution pour l'utilisation de la télédétection spatiale à la gestion de l'eau agricole.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
14Mb

Résumé en francais

Ce travail analyse l'apport des séries temporelles d'observations issues de la télédétection spatiale pour la gestion de l'eau agricole. Les acteurs impliqués dans la gestion de l'eau agricole sont multiples. Les échelles d'actions sont donc aussi très diverses. Améliorer l'efficience de l'utilisation de l'eau par l'agriculture et prévoir les impacts sur les différents réservoirs nécessite le développement d'approches intégrées aux échelles de la prise de décision : (1) la parcelle pour l'agriculteur qui planifie ses irrigations, (2) le bassin versant pour le gestionnaire qui planifie l'aménagement et (3) le territoire national pour l'état qui définit les politiques publiques. La question de la prise de décision à différentes échelles spatiales et temporelles est le fil conducteur de la thèse. i- A l'échelle de la parcelle agricole, la décision d'irrigation est prise et effectuée dans un délai de quelques jours. Le bilan hydrique à la parcelle doit ainsi prendre en compte les tours d'eau précédents pour être calculé correctement et prédire les prochains besoins en eau. Une approche comparant le sens de variation d'un modèle ne simulant pas l'irrigation à celui d'un produit d'humidité du sol provenant d'observations satellitaires micro-onde est développée et testée dans le Sud-Ouest de la France. Cette première version de la détection des irrigations obtient des résultats satisfaisants lorsque les irrigations sont supérieures à 10mm. ii- La sécheresse agronomique est étudiée à l'échelle régionale et saisonnière. Le but de l'étude est de montrer que les données de télédétection spatiale (végétation humidité du sol, température de surface) permettent d'une part de caractériser l'intensité et l'étendue et d'autre part d'anticiper la sécheresse. Pour cela, une méthode originale de classification bidimensionnelle de la sécheresse est proposée, et une approche par analogue permet d'envisager la trajectoire future. L'approche est appliquée sur la région Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) iii- A l'échelle du bassin versant et sur le long terme, nous avons étudié une méthode pour élaborer des scénarios anthropiques prenants en compte les variations inter saisonnières du climat et donc également les changements climatiques. L'approche est développée et testée sur le bassin versant du Tensift au Maroc.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Jarlan, Lionel
Boone, Aaron
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Centre d'Etudes Spatiales de la BIOsphère (CESBIO), UMR 5126
Mots-clés libres :Irrigation - Sécheresse - Projection - Demande en eau - Evapotranspiration - Végétation - Humidité du sol
Sujets :Sciences de l'environnement
Déposé le :15 Oct 2021 13:00