LogoLogo

Souley Adamou, Hassane. Ecologie du zooplancton du fleuve Niger, Niger

Souley Adamou, Hassane (2021). Ecologie du zooplancton du fleuve Niger, Niger.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
6Mb

Résumé en francais

Cette thèse a permis d'étudier le zooplancton du Niger moyen, sur un tronçon de 520 km d'Ayorou à Gaya (Niger). Deux campagnes d'échantillonnage ont été réalisées : une pendant la période des basses eaux (16 avril-8 mai 2018) et une pendant les hautes eaux (1-15 février 2019). Le zooplancton et les facteurs environnementaux ont été suivis en sub-surface, au milieu de la rivière à 8 stations. Pendant la campagne des basses eaux, les sédiments au bord de la rivière ont été échantillonnés pour réaliser des analyses géochimiques ; pendant la campagne de hautes eaux, le zooplancton de trois tributaires (Sirba, Tapoa et Mékrou) a également été échantillonné pour évaluer leur contribution à la communauté zooplanctonique du Niger. Les analyses géochimiques et les facteurs environnementaux montrent que le site d'étude est généralement faiblement pollué. Une pollution au Cd est observée en amont et en aval de la zone d'étude. Autour de la ville de Niamey des concentrations plutôt élevées en composés azotés, et une pollution légère en Cd et As sont observées. 48 taxa de zooplancton ont été identifiés, (32 rotifères, 13 cladocères et 3 copépodes). L'inventaire réalisé enrichit de 27 taxons la connaissance du zooplancton du Niger. L'abondance du zooplancton était la plus élevée pendant les basses eaux, surtout autour de Niamey. Ceci est probablement dû à la présence de macrophytes, couplée à une production de phytoplancton stimulée par les concentrations élevées en nutriments. Pendant l'échantillonnage des hautes eaux, l'abondance du zooplancton augmente vers l'aval, montrant plus de cladocères et de copépodes. Comme dans la plupart des eaux courantes, les rotifères dominent la communauté zooplanctonique, les copépodes n'étant capables de se développer jusqu'au stade adulte qu'en aval de la zone d'étude, là où il y a des plaines alluviales. Les concentrations élevées en Chl a observées dans les tributaires suggèrent une importation de phytoplancton vers ces rivières. Le fait que les concentrations en Chl a y restent assez basses suggère un contrôle du phytoplancton par le broutage du zooplancton.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Tackx, Michèle
Alhou, Bassirou
Azémar, Frédéric
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (EcoLab), UMR 5245
Mots-clés libres :Afrique - Diversité du zoopancton - Fleuve Niger - Distribution spatiale - Qualité de l'eau
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :02 Dec 2021 12:47