LogoLogo

Jardet, Claire. Développement d'un modèle humain de mélanome ex vivo basé sur l'implantation de sphéroïdes dans des explants de peau

Jardet, Claire (2016). Développement d'un modèle humain de mélanome ex vivo basé sur l'implantation de sphéroïdes dans des explants de peau.

[img]
Preview
PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Le mélanome métastatique est le cancer de la peau le plus agressif. Bien que son taux d'incidence soit inférieur à 1%, plus de 75% des décès associés à un cancer de la peau lui sont attribués. Au cours des dernières années, de nouvelles stratégies thérapeutiques ont permis d'améliorer la survie des patients. Cependant, des mécanismes de résistance à ces traitements se développent dans la majorité des cas, conduisant à une phase de rechute, et une survie à 5 ans inférieure à 20%. Des modèles d'étude expérimentaux sont nécessaires afin de comprendre les mécanismes impliqués dans l'apparition de ces résistances et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Différents modèles in vitro sont actuellement utilisés pour le développement de drogues anti-tumorales, tels que celui du sphéroïde. Bien qu'il permette de reproduire l'organisation tridimensionnelle d'une tumeur, l'absence de microenvironnement tumoral empêche l'étude des interactions entre les cellules tumorales et celui-ci alors que ces facteurs jouent un rôle primordial dans la croissance tumorale et le développement de métastases. Dans ce contexte, mes travaux ont porté sur le développement et la caractérisation d'un modèle ex vivo de mélanome humain complet permettant l'étude de l'évolution d'une tumeur dans le tissu sain et l'évaluation de composés pharmacologiques. Les travaux réalisés ont tout d'abord conduit au développement d'un modèle de cancer cutané basé sur la combinaison d'un modèle de sphéroïde de lignée cellulaire de mélanome humain et du modèle de peau humaine ex vivo NativeSkin®, développé par la société Genoskin. Une procédure a été développée et validée pour permettre l'implantation reproductible d'un sphéroïde dans le derme des explants de peau. Parallèlement, j'ai développé une approche d'imagerie in situ par microscopie à feuille de lumière après transparisation des modèles. J'ai également développé une stratégie d'analyse d'images permettant la caractérisation quantitative de l'évolution du sphéroïde implanté en 3 dimensions et de suivre la dispersion des cellules du tumorales au sein de l'explant de peau. La caractérisation histologique du modèle implanté a révélé de façon très inattendue une perte progressive de l'intégrité du sphéroïde après implantation, associée à une diminution rapide de la prolifération des cellules le constituant et l'apoptose massive des cellules situées à sa périphérie. Ce phénomène a été observé de façon similaire lors de l'implantation de sphéroïdes produits à partir de différents types cellulaires. Afin de comprendre ces résultats, j'ai étudié l'implication potentielle de différents paramètres dans l'induction de la mortalité cellulaire observée tels que les conditions d'implantation, les facteurs synthétisés par le modèle et la contrainte mécanique exercée par le derme. Les résultats obtenus suggèrent que les facteurs sécrétés par les modèles après implantation du sphéroïde ont un effet antiprolifératif sur les sphéroïdes de mélanome et qu'ils induisent la mortalité des cellules situées à sa périphérie. Par ailleurs, l'application d'une contrainte mécanique extérieure sur les sphéroïdes de mélanome entraîne la perte de la cohésion de leur structure. Enfin, l'implantation de sphéroïdes dans le derme de biopsies de peau préalablement desséchées, induisant une perte de la viabilité cellulaire, a conduit à des résultats opposés à ceux observés avec de la peau normale : la structure des sphéroïdes reste cohésive et la prolifération des cellules est maintenue en périphérie du sphéroïde sans qu'aucune apoptose massive ne soit observée. L'ensemble de ces travaux semble suggérer que la mortalité du sphéroïde pourrait être, en partie, la conséquence d'une contrainte mécanique exercée par la peau sur le sphéroïde et/ou de facteurs produits par la peau durant sa culture. Ces données ouvrent des perspectives intéressantes dans le domaine de l'ingénierie tissulaire pour l'évaluation pharmacologique de composés thérapeutiques.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Lobjois, Valérie
Descargues, Pascal
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut des Technologies Avancées en Sciences du Vivant (ITAV), USR 3505 ; Genoskin
Mots-clés libres :Mélanome - Modèle ex vivo - NativeSkin® - Sphéroïde multicellulaire - Microenvironnement
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :15 Dec 2021 13:37