LogoLogo

Lagane, Céline. Rôle de l'IL-13 et des ligands de PPAR-gamma dans la réponse anti-infectieuse des macrophages murins et des monocytes humains vis-à-vis de Candida Albicans. Implication de PPAR-gamma

Lagane, Céline (2007) Rôle de l'IL-13 et des ligands de PPAR-gamma dans la réponse anti-infectieuse des macrophages murins et des monocytes humains vis-à-vis de Candida Albicans. Implication de PPAR-gamma.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
3777Kb

Résumé en francais

Candida albicans est le champignon pathogène le plus commun chez l'homme. Il est la cause de candidoses gastro-intestinales, infections opportunistes qui touchent essentiellement les patients immunodéprimés. L'induction d'une immunité à médiation cellulaire contre C. albicans plus particulièrement par les cellules du système immunitaire inné joue un rôle critique dans la défense de l'hôte. Nous avons démontré précédemment in vitro sur des macrophages péritonéaux de souris que les cytokines Th2, et notamment l'IL-13, peuvent activer les fonctions effectrices de ces cellules qui sont impliquées dans la reconnaissance de C. albicans, sa phagocytose et son élimination. Dans ce cas, le mécanisme impliqué est l'induction du récepteur mannose (RM) via l'activation du récepteur nucléaire PPAR-gamma. Aussi, nous montrons que l'inhibition de la prolifération de C. albicans par les macrophages peut être également entraînée par des ligands synthétiques de PPAR-gamma. Dans une première étude, nous avons montré in vivo que le traitement de souris immunocompétentes ou immunodéficientes par les ligands PPAR-gamma ou par l'IL-13 favorisent l'élimination d'une candidose digestive induite par administration orale de C. albicans. L'utilisation de souris immunodéficientes RAG-2-/- nous a permis de mimer les candidoses gravissimes rencontrées chez des patients immunodéprimés. Cette élimination s'accompagne d'un recrutement de macrophages exprimant le RM au site d'infection. Nous avons aussi pu mettre en évidence ex vivo que ces traitements entraînaient, via l'activation de PPAR-gamma, une augmentation de l'expression du RM à la surface des macrophages et des fonctions effectrices qui lui sont associées telles que la phagocytose et la synthèse d'agents oxydants. Dans une seconde étude, nous nous sommes intéressés à la réponse anti-infectieuse de monocytes humains traités par l'IL-13 ou la rosiglitazone vis-à-vis de Candida albicans. Nous avons montré que, comme chez le macrophage murin, ces traitements potentialisent les fonctions anti-infectieuses des monocytes à savoir la phagocytose et la sécrétion d'espèces réactives de l'oxygène via l'activation de PPAR-gamma. Nous nous sommes intéressés à régulation de l'expression du RM par ces traitements et nous avons pu mettre en évidence une différence de réponse des monocytes humains entre ces stimulations. En effet, seule l'IL-13 induit le RM via l'activation de PPAR-gamma. La rosiglitazone et les autres ligands sont sans effet. Ces résultats suggèrent l'implication de différentes voies de signalisation dans la régulation du RM par l'IL-13 et les ligands de PPAR-gamma entre la souris et l'homme. Les mécanismes potentiels de cette différence sont discutés dans ce mémoire.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Pipy, Bernard
Linas, Marie-Denise
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut Louis Bugnard, IFR31
Mots-clés libres :Monocytes/Macrophages - Candida albicans - IL-13 - Prostaglandines - Thiazolidinediones - PPAR-gamma - Récepteur Mannose
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :15 Jan 2008 17:50