LogoLogo

Djebali, Naceur. Etude des mécanismes de résistance de la plante modèle Medicago truncatula vis-à-vis de deux agents pathogènes majeurs des légumineuses cultivées : Phoma medicaginis et Aphanomyces euteiches

Djebali, Naceur (2008). Etude des mécanismes de résistance de la plante modèle Medicago truncatula vis-à-vis de deux agents pathogènes majeurs des légumineuses cultivées : Phoma medicaginis et Aphanomyces euteiches.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Afin de mieux comprendre les mécanismes de résistance aux microorganismes fongiques chez les légumineuses, deux pathosystèmes ont été développés avec la légumineuse modèle Medicago truncatula (Mt) d'une part, Phoma medicaginis (Pm), responsable de la maladie de la tige noire de la luzerne et Aphanomyces euteiches (Ae), agent de pourriture racinaire du pois, d'autre part. Après avoir récolté et identifié plusieurs isolats fongiques répartis sur le territoire tunisien, une souche de Pm retenue pour son agressivité, a été inoculée à deux lignées de Mt, sélectionnées pour leurs réponses différentielles à Pm. L'étude de la présence et de la régulation d'H2O2 au cours de l'infection dans ces deux lignées a révélé i) une accumulation plus rapide et plus forte de ce composé dans les cellules épidermiques de DZA45.5 (lignée peu sensible à Pm), ii) une activité basale de peroxydase trois fois plus élevée dans cette même lignée que dans la lignée F83005.5 (très sensible). Ces résultats indiquent donc un rôle potentiel des espèces actives de l'oxygène dans le contrôle du développement de Pm chez DZA45.5. Dans le pathosystème Mt -Ae, F83005.5 (sensible) et A17 (partiellement résistante) ont été sélectionnées pour effectuer des analyses cytologiques et génétiques. L'observation de coupes racinaires a montré que la résistance partielle d'A17 est associée à une protection du cylindre central contre l'invasion du parasite. Cette protection est assurée par des divisions des cellules du péricycle, une accumulation de lignine sur les parois de ces mêmes cellules et une induction de la synthèse de composés phénoliques dans les racines d'A17. L'analyse du déterminisme génétique de la résistance à Ae en utilisant la population de RILs (A17 x F83005.5) a permis d'identifier un QTL majeur (Ae1) en haut du chromosome 3. Son rôle clé dans la résistance conférée à A17 a été formellement établi à l'aide de lignées quasi isogéniques ne différant que dans la région d'Ae1. Des analyses de cartographie fine du QTL ont permis de réduire ce dernier à une région physique du génome d'une taille de 95Kb. Les annotations de ce fragment ont montré une sur représentativité de gènes codant des fonctions associées au protéasome, dont certains sont seulement induits chez A17. Les outils et résultats obtenus dans cette thèse ouvre donc la voie au clonage du (des) gène(s) impliqués dans la résistance partielle à Ae

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Jacquet, Christophe
Aouni, Mohamed Elarbi
Ecole doctorale:Sciences écologiques, vétérinaires, agronomiques et bioingénieries (SEVAB)
laboratoire/Unité de recherche :Surfaces cellulaires et signalisation chez les végétaux (CNRS), UMR 5546
Mots-clés libres :Medicago truncatula - Phoma medicaginis - Aphanomyces Euteiches - ROS - Composés phénoliques - Péricycle - QTL - Résistance partielle
Sujets :Biotechnologies, agronomie
Déposé le :01 Dec 2009 16:20