LogoLogo

Vervisch-Fortuné, Isabelle. Sensibilité de la technique d'émission acoustique à la corrosion des armatures dans le béton

Vervisch-Fortuné, Isabelle (2009). Sensibilité de la technique d'émission acoustique à la corrosion des armatures dans le béton.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
2739Kb

Résumé en francais

La corrosion des armatures est l'une des principales causes de dégradation du béton. Les deux mécanismes les plus courants contribuant au développement de la corrosion sont la pénétration des chlorures et la carbonatation du béton. Ceux-ci génèrent deux types de corrosion respectivement par piqûres et généralisée. Une des méthodes non destructives actuellement utilisée dans le Génie Civil, l'émission acoustique, tend à se développer pour évaluer la corrosion des câbles et des structures métalliques. L'objectif de cette thèse est, d'une part de définir un essai de corrosion accélérée réaliste et maîtrisé et d'autre part de vérifier la sensibilité de l'émission acoustique à la corrosion des armatures dans le béton. Des méthodes électrochimiques éprouvées sont utilisées pour valider les résultats obtenus par émission acoustique. Ces méthodes, comme la mesure du potentiel de corrosion et l'évaluation de la vitesse de corrosion faisant l'objet de recommandations RILEM, demeurent néanmoins des méthodes intrusives nécessitant l'accès à l'armature. A partir des essais rencontrés dans la littérature, différents essais ont été étudiés utilisant d'abord de forts courants de corrosion puis en les diminuant pour atteindre des courants proches de ceux existants dans les structures. Différentes conditions d'initiation de la corrosion comme l'attaque par les chlorures et la carbonatation du béton d'enrobage ont été également testées. Cela nous a permis de mettre au point un essai de corrosion accélérée avec des densités de courant de corrosion proches de la réalité. Cet essai consiste à créer une macro-pile en connectant deux armatures coulées dans un même béton, une des armatures étant dépassivée par carbonatation du béton, la seconde étant maintenue à l'état passif. L'intensité du courant galvanique a été modifiée en faisant varier le rapport de surface anodique/cathodique et la distance entre armatures. L'analyse des signaux acoustiques enregistrés et de leurs paramètres a permis d'identifier deux types de salves correspondant à une corrosion par micro-piles et à une corrosion par macro-pile. Cette classification a été obtenue par une étude des formes d'onde et des paramètres associés qui a ensuite permis de définir une procédure de filtrage. La mesure de résistance de polarisation a permis de déterminer un accroissement de courant pour une période donnée et de la corréler avec les événements acoustiques enregistrés sur cette même période. Enfin une relation entre accroissement de densité de coups et accroissement de densité de courant est proposée.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Arliguie, Ginette
Ecole doctorale:Mécanique, énergétique, génie civil, procédés (MEGeP)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC), EA 3027
Mots-clés libres :Béton armé - Corrosion - Essai accéléré - Courant galvanique - Emission acoustique - Carbonatation - Résistance de polarisation - Potentiel de corrosion
Sujets :Génie civil, bâtiment
Déposé le :09 Mar 2010 17:25