LogoLogo

Ienna, Florence. Evolution des propriétés globales des galaxies dans le Canada-France-Hawaii Telescope Legacy Survey.

Ienna, Florence (2007). Evolution des propriétés globales des galaxies dans le Canada-France-Hawaii Telescope Legacy Survey.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
5Mb

Résumé en francais

Pour reconstituer l'histoire des grandes structures de l'Univers, il faut pouvoir observer les caractéristiques de l'Univers à différentes époques du passé et comprendre les mécanismes physiques impliqués dans l'évolution des galaxies. Grâce aux progrés de l'instrumentation réalisé ces dix dernières années, la communauté a réalisé de larges programmes d'observations, de plus en plus profonds et à différentes longueurs d'onde. L'un d'eux qui est à la base de ce travail, est le plus large est profond à la fois à l'heure actuelle et a été réalisé au CFHT. Grâce au code Hyperz, nous avons calculé les redshifts photométriques des galaxies du CFHTLS "Deep" et nous avons éudié l'évolution de la relation couleur-magnitude de nos échantillons jusqu'à z~1.2. Nous avons également étudié le role de l'environnement sur les propriétés des galaxies grace à un indicateur de densité locale projetée. Nous avons montré que la distribution en couleur des galaxies est bimodale dans tout les intervalles de magnitudes et de redshifts étudiés. Nous avons observé une forte évolution de cette distribution encouleur, en fonction du redshift et de la luminosité, avec une évolutionplus douce en fonction de la densité locale. Les galaxies étaient significativement plus bleues dans le passée et au moins 50% de la population rouge brillante à z~1.2 était déjà en place, ce qui indique une époque d'assemblage précoce. L'environnement semble jouer un role à bas redshift jusqu'à z~0.4, commecela a été observé dans le SDSS. La population rouge et brillante est surreprésentée dans les régions très denses, alors que l'on trouve une importante population bleue peu brillante dans les régions vides. Cette tendance s'inverse à plus grand redshift, où c'est la luminosité qui devient le paramétre qui influence le plus les couleurs moyennes des galaxies. Les relations couleur-magnitude-environnement des populations observées dans l'Univers local étaient déjà en place à un redshift d'environ z~0.6. Nous avons réalisé des tests qui nous ont permis de valider notre méhode de calcul des masses stellaires des galaxies. Nous avons étudié l'évolution de la distribution en couleur en fonction de la masse. Le bleuissement de la population est moins important que celui observé en fonction de la luminosité. Nous avons détecté un seuil de masse au delà duquel s'effectue un changement de population dominante (bleue/rouge), et ce seuil se déplace vers les galaxies de plus faibles masses quand le redshift diminue. Nos réultats sont en accord avec le scénario hiérarchique de formation des structures et nous avons observé également le phénomène du "downsizing". Ce travail pourra être complété grâce à l'étude des prochains catalogues du CFHTLS Deep, toujours plus profonds. Ils permettront d'accéder aux galaxies de très faibles luminosités. Des observations dans l'infra-rouge (WIRDS) seront également les bienvenues pour compléter ces catalogues et étudier des intervalles de redshifts supérieurs à 1.3.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Pello, Roser
Ecole doctorale:Sciences de l'Univers, de l'environnement et de l'espace (SDU2E)
laboratoire/Unité de recherche :Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT), UMR 5572
Mots-clés libres :Galaxies - évolution - propriétés - statistiques - Décalage spectral photométriques - Relations couleur-magnitude-environnement-masse - Grands relevés - CFHTLS
Sujets :Sciences de l'univers
Déposé le :06 Feb 2008 17:28