LogoLogo

Sarrabayrouse, Guillaume. Rôle régulateur des protéines Rho dans la réponse immune anti-mélanome

Sarrabayrouse, Guillaume (2007). Rôle régulateur des protéines Rho dans la réponse immune anti-mélanome.

[img]PDF - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
1757Kb

Résumé en francais

Les stratégies d'immunothérapie sont basées sur l'existence d'antigènes de tumeur (TAA) contre lesquels l'hôte est capable d'induire une réponse immune spécifique. Cependant, les cellules tumorales sont souvent peu immunogènes à cause de leur faible densité en complexes CMH de classe I (CMH-I)/TAA ou à cause de leur incapacité à délivrer des signaux de costimulation. Au cours de ce travail, nous avons mis en évidence, que l'inhibition de la géranylgéranyl transférase I par le GGTI-298 favorise l'induction d'une réponse immune anti-mélanome, en induisant, sur les cellules tumorales murines B16F10 traitées, une expression des molécules de costimulation (CD80 et CD86) et une surexpression des molécules du CMH-I, induite par l'INF-gamma. Ces modifications permettent de favoriser le rejet immun des mélanomes traités injectés à des souris immunocompétentes et induisent chez ces souris l'activation de lymphocytes T spécifiques. Comme différentes petites protéines G de la famille Rho peuvent être géranylgéranylées, l'utilisation d'inhibiteurs spécifiques des protéines Rho (Rho A, Rho B et Rho C) a montré leur(s) implication(s) dans ces régulations. Ainsi, le traitement in vitro des cellules mélaniques murines par la combinaison d'INF-gamma et d'inhibiteurs des protéines Rho (C3 exoenzyme) induit une forte surexpression des molécules CMH-I et des molécules de costimulation CD80 et CD86 à la membrane des cellules tumorales. Par ailleurs, nous avons évalué l'intérêt thérapeutique de nos raitements pharmacologiques associant l'IFN-gamma et le GGTI-298. Nous avons dans un premier temps testé le potentiel vaccinal de nos traitements en montrant que des souris injectées avec des cellules B16F10 préalablement traitées et iradiées étaient partiellement protégées contre le développement de tumeurs sauvages. Dans un deuxième temps, nous avons montré que ces traitements induisent sur des tumeurs humaines une surexpression des molécules HLA de classe I et des molécules de costimulation ayant des activités activatrices (CD86) ou inhibitrices (PD- L1) et provenant des familles B7 ou TNF/TNFR. De plus, nous avons mis en évidence la capacité stimulatrice de ces mélanomes humains prétraités à induire in vitro l'activation de lymphocytes T CD8 cytotoxiques spécifiques des mélanomes et sécrétant de l'IFN-gamma, à partir de donneurs sains HLA-compatibles. Au cours de cette thèse nous avons également mis en évidence le rôle régulateur des protéines Rho dans l'expression de deux molécules de la famille des TNF : " FasL et CD70 ". La molécule FasL est exprimée sur de nombreuses lignées tumorales et favorise le mécanisme de contre-attaque tumorale en induisant l'apoptose de LT ou LB Fas positifs par la voie d'apoptose induite par la fixation du ligand Fas-L sur son récepteur Fas. Nous avons montré que la protéine RhoA et son effecteur ROCKp160 régulent de façon négative l'expression de Fas-L à la membrane des cellules de mélanome murin B16F10. Ces protéines limitent ainsi in vitro le mécanisme de contre-attaque tumorale. La molécule CD70 est exprimée sur diverses lignées tumorales mais son rôle fait encore l'objet de controverses. Nous avons montré pour la première fois qu'une lignée de mélanome métastatique humaine exprime de façon constitutive la molécule CD70 et que cette expression, régulée positivement par la protéine RhoA, inhibe in vitro la prolifération de lymphocytes allogéniques. L'ensemble de ce travail de thèse a permis de montrer que les protéines Rho régulent l'expression de nombreuses molécules impliquées dans la mise en place de réponses immunes anti-mélanome. Ces résultats permettent d'envisager le développement de protocoles d'immunothérapie clinique utilisant des cellules de mélanomes HLA-compatibles prétraitées in vitro par l'association IFNgamma plus GGTI-298 comme cellules " thérapeutiques " ou vaccinales.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Tilkin-Mariamé, Anne-Françoise
Favre, Gilles
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut de Médecine Moléculaire de Rangueil (I2MR), INSERM U858
Mots-clés libres :Protéines Rho - Prénylation - Mélanomes - CMH-I - Costimulation
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :14 Jun 2010 17:25