LogoLogo

Guiraud, Thibaut. Etude de la réponse aigüe à l'exercice intermittent à haute intensité chez le patient coronarien

Guiraud, Thibaut (2010) Etude de la réponse aigüe à l'exercice intermittent à haute intensité chez le patient coronarien.

[img]PDF (L'auteur ne souhaite pas la mise en ligne de sa thèse. L'exemplaire papier peut être consulté ou emprunté à la BU Sciences de Toulouse.) - nécessite un logiciel de visualisation PDF comme GSview, Xpdf or Adobe Acrobat Reader
56Kb

Résumé en francais

L'entraînement par intervalles à haute intensité est plus efficace que l'entraînement continu d'intensité modérée pour améliorer la consommation maximale d'oxygène (VO2max) et le profil métabolique des patients coronariens. Cependant, il n'y a pas de publications pour appuyer la prescription d'un type d'exercice intermittent (HIIE) spécifique dans cette population. Nous avons donc comparé les réponses aiguës cardio-pulmonaires de quatre sessions différentes d'exercice intermittent dans le but d'identifier l'exercice optimal chez les patients coronariens. De manière randomisée, les sujets participaient aux sessions d'HIIE, toutes avec des phases d'exercice à 100% de la puissance maximale aérobie (PMA), mais qui variaient selon la durée des phases d'exercice et de récupération (15s ou 1 min) et la nature de la récupération (0% de la PMA ou 50% de la PMA). Chaque session était réalisée sous forme de temps limite et l'exercice était interrompu après 35 minutes. En considérant l'effort perçu, le confort du patient et le temps passé au-dessus de 80% de VO2max, nous avons trouvé que l'exercice optimal consistait à alterner des courtes phases d'exercice de 15s à 100% de la PMA avec des phases de 15s de récupération passive. Ensuite, nous avons comparé les réponses physiologiques de l'HIIE optimisé avec un exercice continu d'intensité modérée (MICE) iso-calorique chez des patients coronariens. En considérant les réponses physiologiques, l'aspect sécuritaire (aucune élévation de Troponin T) et l'effort perçu, le protocole HIIE est apparu mieux toléré et plus efficace chez ces coronariens. Finalement, une simple session d'HIIE n'induit pas d'effets délétères sur la paroi vasculaire, comme démontré avec l'analyse des microparticules endothéliales. En conclusion, l'exercice intermittent à haute intensité est un mode d'entraînement prometteur pour les patients coronariens stables qui devrait faire l'objet d'autres études expérimentales en particulier pour les patients coronariens ischémiques.

Sous la direction du :
Directeur de thèse
Juneau, Martin
Bosquet, Laurent
Galinier, Michel
Ecole doctorale:Biologie, santé, biotechnologies (BSB)
laboratoire/Unité de recherche :Institut de Médecine Moléculaire de Rangueil (I2MR), INSERM U858
Mots-clés libres :Exercice Intermittent - Réadaptation Cardiaque - Maladie Coronarienne - Optimisation - Prescription - Réponses Physiologiques Aiguës
Sujets :Sciences du vivant
Déposé le :08 Sep 2010 12:56